Le Croisic Infos

Association de l'office de tourisme : dissolution, démission, liquidation, la fin du chemin

La dernière assemblée générale de l'office du tourisme du Croisic en a terminé avec un conflit qui durait depuis plusieurs années avec la Municipalité.

« Dans une ville la vie associative créée du lien entre les gens, tout le monde ne peut pas être élu » dit Gilles Allard membre de l'association de l'office du tourisme. C'est une association de 200 membres qui s'est sabordée après des années d'activité au service de la ville.
Sa compétence avait été reprise par la Municipalité en 2009, alors « qu'elle avait travaillé un trimestre complet à préparer la saison » sera-til précisé. Elle s'était mise en sommeil, jusqu'en 2014.
Ensuite études de comptes, transferts de charges, chifffrages et discussions plus que houleuses ont occupé de longs moments.
Ce mardi donc l'assemble générale de l'office de tourisme du Croisic était réunie : les deux points importants de l'ordre du jour concernaient le litige financier avec la Mairie et l'opportunité de dissoudre ou non l'association de l'office de tourisme.

Sur la forme : l'assemblée s'est réunie avec 21 membres, elle n'atteignait pas le quorum. Une assemblée extraordinaire s'est ouverte et a pris des décisions définitives après des débats animés mais toujours courtois.
Les rapports moraux et financiers sont approuvés.


Comme suite à sa prise de compétences la Mairie, réclamait 24 000 € ou 8 000 € à l'office. « Pour moi la compta elle est juste ou fausse, je n'ai pas compris pourquoi 24 000 ou 8000 € » s'interroge le président. Les points de litige concernaient surtout du matériel et de la documentation. Babette Cassac (élue) rappelle au Président de Saizilly qu'il participait à la commission d'évaluation du transfert de charges, « oui, on était d'accord sur les valeurs unitaires, sauf que la Mairie voulait choisir ce qu'elle prenait ou non, notamment pour la documentation, cela ne marche pas comme ça ». Il rappelle les envois de lettres recommandées sans réponses, les demandes de rendez-vous sans effets, et s'amuse amèrement d'une invitation à une réunion « amiable », « où le maire était présent avec le premier adjoint, la directrice des services et l'avocat de la mairie ce n'est pas mon idée de l'amiable » « surtout quand on me menace du pénal » explique le président qui souligne au passage un vote au conseil municipal de Babette Cassac auquel elle n'aurait pas dû participé, (conflit d'intérêts) dont la sanction pourrait aussi se demander, au pénal. « On ne l'a pas fait » ajoute-t-il.
La mairie avait émis un titre exécutoire en août 2010, qui n'a été voté par le conseil municipal qu'en octobre (donc invalide conclut le président). Le trésorier payeur avait fait saisir le (compte préalablement vidé par l'association qui contestait le montant et la manière).

L'association a décidé de payer les 8191,98 € en question, à 5 voix contre (Gilles Allard, École de Musique, Éric Mahé, Danièle Bleuzen Joel Loget et une abstention (président).

 

Conserver ou dissoudre ?

Même « s'il n'y a pas le feu dans la mare » comme le répètera trois fois Gilles Allard. « Est-ce que c'est parce que les élections approchent qu'on demande de régler ça maintenant ? C'est bien parce que les élections approchent ! » répond le président..Que faire d'une association qui n'a plus la compétence, et « qui a peu de chances de la récupérer » reconnaissent plusieurs membres. Pour Éric Mahé et plusieurs autres il serait urgent d'attendre, quitte à  continuer « d'être en sommeil ». Mais le vote décidera : 9 contre, 11 pour (le président ne vote pas).
L'association sera donc dissoute après que ses fonds (le solde de 25 315,27 € au 8 octobre 2013 précise le trésorier Jacques Rochard) auront été distribués (le bureau sera chargé de les partager entre trois offices de tourisme, un littoral, un rétrolittoral et un de Brière).
Le président informe qu'il remettra sa démission dans les prochains jours.





 

Auteur : LY | 09/10/2013 | 2 commentaires
Article précédent : « Océarium, des petits requins sont sortis de leurs œufs »
Article suivant : « La fête de la mer au Croisic au son des bagadou »

Vos commentaires

#1 - Le 22 octobre 2013 à 23h00 par jp lepetit, Le Croisic
Quelle tristesse ce dossier

La municipalité a eu énormément de chance dans ce dossier car en tant qu'homme de loi ,nous pouvions la faire plonger..
Alors remercier l’honnêteté des dirigeant de cette association et le fait qu'ils ne sont vraiment pas procédurier...
#2 - Le 29 octobre 2013 à 17h07 par duchamps
Faire plonger la municipalité ? Hum. Chiche. La menace ne sert qu'aux menacés disait Léonardo Da Vinci.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter