Le Croisic Infos

Batz-sur-Mer : Flower camping reprend le Camping des Paludiers

Exit Campéole, c’est Flower Camping qui obtient la délégation du Camping des Paludiers. Au programme du conseil municipal, aussi des budgets, des déclarations d’utilité publique et le bilan social de la ville.

Le Camping des Paludiers a un nouveau délégataire, la société Flower camping. L’appel public a été lancé en octobre dernier et cinq candidatures ont été reçues : Flower exploitation camping, I.L.D (Homair vacances), Aquadis Loisirs, Sogecamp et Campéole. Le cahier des charges avait des critères comme la qualité du projet d’aménagement, la qualité de la démarche paysagère, la qualité de l’animation ou encore la qualité de la gestion financière. « Nous avons jugé le projet de Flower plus novateur notamment pour leur démarche environnementale », tient à préciser Danielle Rival, maire de Batz-sur-mer.
La durée du contrat est de 17 ans. Il débute le 1er octobre 2012 pour finir le 30 septembre 2029. La collectivité s’interdit de développer une activité concurrente. Autre point important, le délégataire va devoir faire les investissements indispensables pour l’élévation en gamme de l’équipement. Tous les projets d’aménagements devront être présentés à la mairie avant d’être réalisés.
Les travaux les plus urgents sont la rénovation des sanitaires dans un délai de trois ans, l’obtention des labels camping qualité et la clef verte dans un délai de trois ans et encore la couverture de la piscine dans un délai de cinq ans.
Enfin, le loyer est de 20 000 € HT par an (alors qu’il est de 12 000 € actuellement). Jusqu’en 2015, la mairie va toucher 7 % du chiffre d’affaires, un pourcentage qui passera à 8 % après. Une clause de révision quinquennale permettre une revalorisation du loyer (entre autres).
« L’entreprise choisie devait avoir une expérience avérée. Homair était bien placé dans le cœur de métier et les propositions financières étaient favorables. Des quatre on prend celui dont ce n’est pas le cœur de métier », regrette Didier Chaussat, adjoint à  la sécurité et à l’intercommunalité. Danielle Rival réplique que Flower était aussi sur cette compétence depuis plusieurs années. « L’important c’était la démarche environnementale comme on le fait à Cap Atlantique », rajoute-t-elle.
Pierre-Jean Pain, conseiller municipal, observe que le maire est aussi vice-présidente de Cap Atlantique déléguée à la gestion des services urbains, « vous êtes donc en contact avec les entreprises en charge de l’eau, dont le groupe Saur aussi propriétaire de Flower camping. Il me semble que vous n’auriez pas dû participer au choix du délégataire ». Ce à quoi Danielle Rival répond qu’en tant que maire, elle était automatiquement la présidente de la commission et qu’elle ne pouvait mettre aucun autre élu à sa place. Enfin, ce n’est pas elle qui s’occupe des marchés de l’eau et elle n’est donc pas en lien avec les entreprises.

Les budgets en bref

Le budget principal est positif de 444 799,65 € (8 925 683,70 € de dépenses et 9 370 483,35 € de recettes). La part la plus importante des recettes est la fiscalité (62 %), suivie des dotations (32 %). « La part de la fiscalité augmente de plus en plus alors que celle des dotations diminue. Elles représentent moins d’1/3 des recettes en 2011 », rappelle Serge Riffaut, adjoint en charge des travaux, des finances et du personnel. Les dépenses les plus importantes sont les charges de personnel (52 %), les charges à caractère général (24 %) et les « autres » (28 %), c’est à dire les subventions. Le taux de réalisation est passé de 47 à 62 % (plus de 2 M° €) en 2011. Enfin, la dette a doublé en huit ans, mais reste stable.
Le budget du centre nautique est aussi positif avec un excédent de 2 868 €. Il s’ajoute aux 14 817 € de 2010, ce qui donne un solde de 17 684,54 €.
Le budget de l’Office de Tourisme est déficitaire de 186 € « car nous avons baissé sa subvention (- 6 000 € en 2010), c’était un peu juste cette année », précise Serge Riffaut. Le résultat de 2010 étant positif (12 998, 67 €), les comptes restent positifs.
 

DUP en chaîne

Le projet ZAC de la Pigeonnière tarde à démarrer. Ce n’est pas une nouvelle et c’est ce que confirme le compte rendu annuel de la collectivité même si « deux propriétaires ont déjà signé et un troisième bientôt », explique Colette Lebaud, conseillère municipale en charge de l’urbanisme et de la zone de publicité restreinte. La commune est dans l’attente d’un arrêté de Déclaration d’Utilité Publique (DUP) pour pouvoir saisir le tribunal et qu’il ordonne l’expropriation des propriétaires récalcitrants. Danielle Rival ajoute que le projet commence déjà à se mettre en marche : « déjà 9 700 m2 de terrain ont été débloqués ».
Un autre projet rame un peu, celui du parking Pré Saint-Clair (petit rappel ici : http://www.lecroisic-infos.fr/batz-sur-mer-les-elus-approuvent-le-projet-d-amenagement-du-parking-du-pre-de-saint-clair-49-10-278.html). En plus d’avoir voté une déclaration d’intérêt général, les élus ont aussi lancé une enquête parcellaire sur les 17 parcelles (4 786 m2 au total). Cette enquête va permettre de consigner toutes les observations des expropriants et des expropriés avant d’être transmise au Préfet pour qu’il prenne une décision. « Nous avons négocié à 50 € le m2, mais ça pas marché. Ce n’est pas de gaîté de cœur qu’on fait des DUP, mais nous n’avons pas le choix pour que ça avance », rappelle Danielle Rival.
 

Bilan social 2012

C’est une obligation des collectivités d’effectuer l’état des effectifs de la commune (bilan au 31 décembre de l’année impair).
Les effectifs : il y a à Batz-sur-Mer, 52 agents dont 86 % de fonctionnaire et 13 % de contractuels permanents. En 2009, il y avait 46 fonctionnaires et 12 contractuels ; en 2011, 45 fonctionnaires et 7 contractuels, mais qui sont permanents. Le fonctionnaire type à Batz est un homme de 45 ans, travaillant aux services technique et de catégorie C. La cause majeure de départs, est la retraite. Depuis 2009, il y a eu 4 départs et seulement 3 arrivées de fonctionnaires, ainsi que 9 départs et 3 arrivées de contractuels. 48 % des effectifs ont plus de 10 ans d’ancienneté. Il y a une obligation d’avoir plus de 6 % d’effectifs handicapés, 7,14 % à Batz qui est donc au-dessus.
L’absentéisme : le taux est de 8,34 %, c’est dans la moyenne nationale. Depuis 2009, il y a eut 1 485 jours d’absence pour causes médicales et en moyenne, 24,3 journées d’absence par agent permanent. « Attention, c’est une moyenne car certains agents ne sont jamais malades », souligne Danielle Rival.
La rémunération : il y a 2 271 612 € de masse salariale. Un équivalent temps plein coûte en moyenne 2 166 € brut
Les formations : elles représentent 3,5 jours de formation par agent et par an.
 

Auteur : AP | 07/07/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Batz-sur-mer veut limiter la pub »
Article suivant : « Batz-sur-mer : 38 saisonniers pour 2012 »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter