Le Croisic Infos

Batz : un jeune peintre dans une vieille chapelle

Seize œuvres de l’artiste Thomas de la Pinta sont à découvrir à la chapelle Saint-Marc de Kervalet. Cette exposition se fait dans le cadre de l’Art au gré des chapelles.

Art en chapelle à Batz

Ambiance intimiste à la chapelle Saint-Marc, dans un Kervalet qui a retrouvé un peu de calme après la saison. Comme dans beaucoup d’autres lieux de cette 6e édition, les visiteurs étaient au rendez-vous dès vendredi dernier. « Nous avons eu environ 320 visiteurs depuis le début de l’exposition. Le site de Kervalet est souvent en 5e position des lieux les plus visités », explique Marie-Annick Nicol, conseillère municipale en charge de la culture. Thomas de la Pinta dessine depuis son enfance. Après avoir étudié à l’école supérieure de l'image d'Angoulême, il décide de se consacrer à la gravure en 2004 et ouvre son atelier à Nantes en 2007. Thomas de la Pinta réalise ses gravures avec deux techniques: le vernis mou puis l'aquatinte.
La plaque de cuivre est polie puis dégraissée, il y applique un vernis mou et couvre ensuite la plaque d'une feuille de soie sur laquelle il dessine au crayon. Le dessin terminé, il retire cette feuille qui dégarnira le cuivre aux endroits où, sous l'effet de la pression exercée par le crayon, le vernis a collé. Il ne reste plus qu'à plonger la plaque dans l'acide pour la graver. L'aquatinte permet de réaliser les aplats. La plaque reçoit sur toute sa surface une fine couche de poussière de résine (le grain). Cette couche de résine est répandue uniformément, les grains tombent alors lentement sur la surface du cuivre. Le grain posé est ensuite fixé sur la plaque en la chauffant. Ainsi fait, l'acide attaquera la plaque entre ces grains. Les parties non destinées à être gravées sont ensuite vernies et la plaque est plongée dans l’acide. L'opération peut se dérouler en quatre ou cinq fois afin d'obtenir différentes morsures.
Le résultat donne des gravures dans des tons sépia, aux douces formes arrondies. Des bateaux improbables, des animaux étonnants, des paysages urbains enfumés, … « Ce jeune peintre-graveur plaît beaucoup, ajoute Marie-Annick Nicol. Les visiteurs en profitent aussi pour découvrir la chapelle qui date du XVe siècle ». à peine quelques jours après le début de l’exposition, des propositions d’achat des œuvres ont déjà été faites pour certaines gravures. Achetées ou pas, elles resteront en place jusqu’à la fin de l’exposition.

Venez à la rencontre de Thomas de la Pinta, vendredi 9 septembre 2011, à partir de 18 heures, pour le vernissage de l'exposition à la chapelle Saint Marc de Kervalet.
La chapelle est ouverte tous les jours de 14h30 à 18h30, du 2 septembre au vendredi 30 septembre 2011.

Auteur : AP | 08/09/2011 | 1 commentaire
Article précédent : « « Plumes d’Equinoxe » ouvre son treizième chapitre sur l’océan »
Article suivant : « Batz-sur-mer : une exposition savoureuse »

Vos commentaires

#1 - Le 19 septembre 2011 à 18h17 par brig, Le Pouliguen
Quel dommage que pour cette belle expo, l'accueil ait été si peu aimable...

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter