Le Croisic Infos

Cap Atlantique réagit devant le risque de déclassement des eaux des traicts du Croisic

Cap Atlantique rend compte dans un communiqué de la réunion du 6 août pour accélérer les mesures de protection des eaux. Les conséquences des différentes pollutions sont graves notamment pour les éleveurs de coques des traicts du Croisic. Les sanctions aux contrevenants pollueurs vont s'alourdir.

Le 24 janvier 2014, une charte a été signée pour la reconquête de la qualité bactériologique des zones conchylicoles et de pêche à pied des « Traicts du Croisic » et des « Barres de Pen Bron  - La Turballe », par tous les acteurs institutionnels et les représentants des conchyliculteurs et pêcheurs à pied professionnels.

38 maisons aux installations non conformes

Sur les 35 actions recensées comme nécessaires, 28 ont déjà été engagées collectivement par les signataires de la charte. Ainsi 85 habitations avaient été identifiées non conformes par les services de Cap Atlantique au 1er janvier 2014 et 47 d’entre elles (soit 55%) ont été mises aux normes au 1er août 2014.

Pêche interdite

En revanche, depuis le 16 juillet 2014, de nouveaux seuils critiques ont été franchis conduisant les autorités sanitaires à interdire temporairement la pêche à pied professionnelle et de loisirs dans les traicts du Croisic.
Les origines de cette nouvelle pollution bactériologique sont souvent diverses : résidences principales et secondaires mal ou non raccordées, rejets des eaux polluées des plaisanciers et camping-caristes dans le milieu naturel (via le réseau d’eaux pluviales pour les camping-caristes), déjections canines dans le réseau d’eaux pluviales, lessivage des sols dû aux fortes pluies d’orage du 28 juillet.

Risque du déclassement

Les conséquences de ces récents épisodes, faisant craindre le déclassement de la zone de pêche, les principaux acteurs de la charte se sont rencontrés le 6 août au siège de Cap Atlantique pour analyser la situation et accélérer la réalisation d’actions susceptibles d’être immédiatement efficaces et complémentaires à celles déjà conduites depuis le début de l’année.

Faire appliquer la réglementation de gré ou « d'office »

Six axes d’opération ont été arrêtés :
 
- la mise en place de périmètres à enjeux sanitaires
portant sur les installations d’Assainissement  Non Collectif, pour les communes du Croisic (périmètre déjà effectif depuis le 18 mars 2014), Batz-sur-Mer, Guérande et La Turballe ;

- la stricte application des délais de mise aux normes des installations d’assainissement individuel ou collectif, à la vue des périmètres précités, des règlements de services publics de Cap Atlantique et de la réglementation en vigueur, sous peine de fortes amendes ou de réalisation de travaux d’office sous domaine privé ;

- le durcissement de la réglementation du stationnement des camping-cars
sur le littoral en particulier pour éviter les rejets sauvages dans les regards d’eaux pluviales et intensifier l’usage des aires de service dédiées, au nombre de 30 sur le territoire de Cap Atlantique ;

- le renforcement de la sensibilisation des plaisanciers
sur terre et sur mer avec verbalisation pour les contrevenants pollueurs ;

- l’application et le rappel de l’interdiction de la pêche à pied de loisirs dans les traicts du Croisic ;

- la réalisation d’une campagne d’affichage
incitative au respect de la qualité de l’eau du territoire.

Action commune et concertation

Conscients des enjeux environnementaux et économiques pour le Territoire, les signataires de la charte  présents lors de cette rencontre, dont les services de l’Etat, les communes littorales, le Syndicat des parqueurs soutiennent non seulement les nouvelles démarches engagées mais aussi mobilisent les moyens nécessaires. Seule une action commune et concertée permettra de réduire le risque de déclassement des traicts du Croisic qui rappelons-le, rassemblent le premier centre d’élevage de coques en France et à la clé près d’une centaine emplois directs sur le territoire de Cap Atlantique.
 

 
 

11/08/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Qualité de l'eau : assez de métaphores ! »
Article suivant : « Ports : La SAEM pourrait « faire école » à Pornic »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter