Le Croisic Infos

Conseil Municipal : démission de Patrick Hamon à la commission du SIVU Côte Sauvage

Mardi 12 septembre s’est tenu le conseil municipal du Croisic. Des débats tumultueux ont eu lieu entre les parties prenantes.

Au Croisic, la dissolution du Syndicat Intercommunal à Vocation Unique concerne notamment la gestion des bibliothèques des trois communes avec Le Pouliguen et Batz-sur-Mer. Monsieur Patrick Hamon, président de la commission SIVU Côte Sauvage, a annoncé sa démission après la décision à la majorité de garder le SIVU en l’état.
Patrick Hamon s’est notamment étonné du choix de Madame Quellard de voter contre la suppression de la bibliothèque alors qu’un point d’accord avait visiblement été trouvé le 21 juillet 2011 avec le préfet.
Les échanges sur le sujet étaient vifs et les débats ponctués de chiffres qui ne s’accordaient pas en fonction du positionnement de chacune des parties. Thierry Blanchet a notamment soulevé le point concernant la compétence : l’ordre du jour indiquait que « ce syndicat est considéré comme redondant avec une compétence exercée par un EPCI à fiscalité propre » ; si on a bien compris que le SIVU désormais devait être repris par l’EPCI Cap Atlantique, en revanche, personne n’a pu répondre à la question de Monsieur Blanchet à savoir quelle compétence au sein de Cap Atlantique.
Michèle Quellard soutient que la suppression du SIVU de la côte sauvage coûterait beaucoup trop cher à la commune, un budget selon Danielle Charlot de 104 000 € pour 12 heures d’ouverture par semaine, sans compter les huit personnes à replacer si on supprime ce syndicat, c’est-à-dire l’équivalent de deux temps plein à plus de 55 000 €.
Patrick Hamon a fait remarquer que « la bibliothèque du Croisic tient une place importante dans la vie culturelle des croisicais avec 559 abonnés en 2011 et une majorité de jeunes entre 7 et 13 ans ». Il conteste les chiffres donnés par Danielle Charlot quant à l’augmentation du coût si Le Croisic se retire du SIVU, qui selon elle s’élèverait à 130 000 euros. Monsieur Patrick Hamon a tenu à signaler que La Turballe, pour une population équivalente à celle du Croisic, a un budget s’élevant à 75 000 euros pour le maintien de leur bibliothèque municipale avec une ouverture de 20 heures par semaine.
Le conseil a finalement voté le maintien du SIVU qui a été suivi par l’annonce de la démission de Patrick Hamon.

Le Plan Local d’Urbanisme renvoyé
Au sujet du Plan Local d’Urbanisme, Michèle Quellard a expédié les questions de l’opposition expliquant que « des opportunités foncières se sont présentées avant l’été et qu’il faut donc de nouveau étudier la question. Nous reviendrons vers vous une fois le nouveau projet établi avec les services de l’Etat et les personnes concernées. »
Dans les questions diverses, les élus du Croisic Solidarités ont soulevé la question concernant l’extension du port de plaisance, avec 100 places supplémentaires, et la résiliation du contrat avec le Conseil Général. Si la commune du Croisic demande 1 174 000 € d’indemnités, il faudra composer avec le Conseil Général qui propose 45 367 € d’indemnisation à titre de dédommagement.
Les élus de « Mieux Vivre au Croisic » quant à eux ont interpellé sur le forum prévu avec la construction d’une salle de 300 places. Une réflexion selon eux qui doit être revue aujourd’hui pour répondre aux demandes associatives. Est-il nécessaire de construire un bâtiment de 3,5 millions d’euros pour favoriser le théâtre et le cinéma quand l’intégralité des associations croisicaises demande plutôt une maison des associations ? Ils s’interrogent quant à la légitimité de la commission patrimoine. Michèle Quellard leur a demandé de laisser la majorité faire son travail, et a rappelé que « la commission n’est qu’une instance consultative ».

 

Auteur : SD | 16/09/2011 | 10 commentaires
Article précédent : « Culture au Croisic : la commission patrimoine fait du forcing »
Article suivant : « Un nouveau cœur pour redonner du souffle au Croisic »

Vos commentaires

#1 - Le 16 septembre 2011 à 18h16 par petit monsieur, Le Croisic
Si nous parlions de la bibliothèque. Avant d'être municipalisé, elle fût associative et avait un fort potentiel d'abonné.
Elle avait un fond de livre important, dont une partie a été détruit au moment de la municipalisation, en partie pour aérer, il y avait trop de livre disait-on.
Le nombre de livre augmentait par les achats et par les dons.
Le financement se faisait par une très faible subvention et par le prêt payant des livres, toujours des sommes modiques.
Elle avait une salarié et des bénévoles et ouvrait 6 heures semaines.
Elle faisait des animations pour les jeunes et les écoles.
Mais elle ne coûtait pas plus de 100.000,00 € par an à la communauté.

Osez en parler aux anciens bénévoles, vous les élus avant de parler.
#2 - Le 17 septembre 2011 à 06h55 par Clyde, Le Croisic
petit monsieur vous avez raison et on peut appliquer le même raisonnement pour l'ancien office de tourisme associatif qui coûtait forcément moins cher pour un service identique, voir supérieur.
#3 - Le 17 septembre 2011 à 11h28 par Clyde, Le Croisic
Lors de ce consei, il a été abordé également le problème du ramassage des ordures concernant le jour de passage et le nombre reduit d' un ramassage.
L'adjoint responsable de ce secteur a indiqué que cela etait de la responsabilité de Cap Atlantique. Je crois savoir que des représentants de la ville du Croisic siegent aux diverses réunions de Cap Atlantique, et j'ose espérer que ceux ci ont voté contre.
En attendant, et au vue de la taxe fonciere, nous pouvons voir qu'avec une tournée en moins la taxe d'enlévement des ordures augmente !!!!!
Ou sont passé les économies réalisées.....
#4 - Le 17 septembre 2011 à 16h55 par Clara Bertillon, Le Croisic
Je pense que la décision de rester dans le SIVU de la bibliothèque a été prise dans l'impréparation et la précipitation de la part des deux représentantes de la majorité municipale.
Sinon, comment expliquer que, depuis plus de trois ans cette même majorité expliquait que le SIVU nous coûtait les yeux de la tête et bien plus cher que si nous avions une bibliothèque municipale.
Et hop,virage à 180°, à l'aide de quelques chiffres, Mme Charlot nous explique qu'une bibliothèque municipale nous coûterait plus que de rester dans le SIVU.
Les chiffres annoncés par l'adjointe au conseil municipal et contestés par M. Hamon auraient du être envoyés à tous les conseillers afin de pouvoir les analyser et éventuellement les refuser.
Nous sommes encore dans un manque de transparence évident et pour expliquer une erreur flagrante qui va coûter très cher à la commune, on tente par une entourloupe de nous faire croire que la commune est bien gérée. Triste spectacle.
Peut-être que Mme Lebihan, la deuxième représentante de la majorité au SIVU était absente au conseil municipal pour éviter d'avoir à s'expliquer. Courage, fuyons....
#5 - Le 17 septembre 2011 à 22h14 par Langoustine, Le Croisic
Madame Le Maire a un vrai courage politique, elle se mouille, elle annonce la couleur, elle réforme la commune. D'autres Maire se contentent de ne rien faire et de distribuer des subventions aux associations pour assurer leur réélection. Ici au Croisic Madame Quellard mouille le maillot comme l'on dit en sport. Donc messieurs les critiqueurs cela se respecte. A vous lire programme ??????? ................................................................................
#6 - Le 18 septembre 2011 à 07h54 par Clyde, Le Croisic
Langoustine encore bravo pour ce soutien sans failles. Vous devriez changer le contenu, plutôt le non contenu de vos propos, car je vous le rêpéte la critique permet un bon excercice de la démocratie.
Langoustine vous nous dites que Mme le Maire mouille son maillot et a un vrai courage politique. nous pouvons être que d'accord avec vous, car il en faut du courage pour autoriser les cyclistes a rouler en sens interdit. Au fait, Langoustine pouvez vous m'indiquer une autre ville de la presqu'ile ayant fait la même chose. Je n'en ai pas encore trouvée, ce qui prouve que cela n'etait pas une obligation.

Langoustine, que pensez vous de cette réflexion :
un ramassage de déchets en moins par semaine égal une augmentation en plus sur les taxes.
Mme le Maire peut-elle mouiller son maillot pour faire revenir en arrière Cap Atlantique
Je compte sur vous pour appuyer cette demande, merci d'avance.
#7 - Le 18 septembre 2011 à 09h54 par l'exilé, Le Croisic
langoustine le porte parole indéfectible de Mme Quellard!souvenez vous comment il y a qq temps vous aviez cru avoir la science infuse en m'expliquant que les fermetures de classes n'étaient pas du fait du maire.vous me preniez pour un imbécile?c'est évident l'académie décide suivant le nbre d'enfants et savez vous que 3élèves en moins autorise une fermeture et pour une réouverture il en faut au moins 15 et plus!!!!pas de quoi pavoiser.et maintenant ce sont les grands travaux qui ne coutent rien .Nous recevont en ce moment les jolies feuilles !sur ces impots n'y a t il pas la part départementale régionale communauté de communes etc etc... donc qui paye? pas encore de quoi pavoiser.L'orgueil et l'égocentrisme des dirigeants de cette commune les poussent à faire des dépenses somptuaires ds l'espoir de laisser des traces ds l'histoire tel ********MODERATEUR***** en ces temps d'austérité il vaudrait mieux s'occuper de logement du commerce des entreprises."Mouiller la chemise pour des con....ies "c'est risquer d'attraper le corriza ds les courants d'air!!! et dieu sait si au Croisic il y en a !!la preuve ?un jour c'est comme cela et après hop tout s'envole pour ne laisser que son contraire .Que d'incompétence c'est à pleurer .Langoustine inutile de me répondre ,je sais d'avance ce que vousallez me dire.
#8 - Le 18 septembre 2011 à 18h32 par Catherine Fabre, Le Croisic
Qui va payer les 3.500.000 euros du Forum....Les contribuables bien sur, qui n'ont pas besoin d'un tel bâtiment d'un coût aussi faramineux.
La municipalité serait mieux inspirée de construire sur ce terrain des logements pour les jeunes et de rénover le patrimoine existant.
C'est de l'entêtement voire de l'aveuglement que de ne pas vouloir le reconnaître.
#9 - Le 19 septembre 2011 à 08h21 par Crabe, Le Croisic
Edifiant exemple de gestion budgétaire municipale.
Au troisième exercice de la mandature, nous découvrons que le budget annuel de la bibliothèque municipale dépasserait de 25.000 euro celui de la cité de la Turballe. Bel exemple de clairvoyance financière de la part de nos élus qui récupèrent les conséquences d’un contrat signé par la précédente municipalité dont la présente équipe en est largement issue…
Merci de nous dire qu’il vaut mieux poursuivre que de mettre un terme au gouffre financier.
C’est facile pour les élus de « jouer » avec les deniers des contribuables.
C’est une équipe municipale à la vue étriquée et sans imagination qui ne « pilote » pas le Croisic.
Il est temps que des initiatives citoyennes voient le jour pour donner un souffle autre à notre cité qui se prend les pieds dans le paillasson dans la plupart des dossiers.
Et l’on veut transférer la bibliothèque à un autre monstre bureaucratique aux responsabilités inconnues alors que tout était simple par le passé.
L’équipe municipale a-t-elle pensé que le budget de la bibliothèque représente l’équivalent d’un livre par an et par croisicais ? Etant donné que la durée du prêt est de 3 semaines, imaginez le nombre de bouquins que nous aurions… pour lire.
#10 - Le 19 septembre 2011 à 14h51 par Marc Secher, Le Croisic
Sur le PLU, encore un coup de Jarnac. Mais ce n'est pas le jarret qui risque de souffrir mais les générations futures.
Que cachent les mots "opportunités foncières"? Pour moi rien de bon et je prends le pari aujourd'hui que sur l'autel de l'opportunité, on risque encore une fois de sacrifier l'environnement.
Ou alors pourquoi notre première édile a-t-elle exigé la confidentialité sur le report de l'enquête publique? Quand le pouvoir monte à la tête, cela grise!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter