Le Croisic Infos

DECOS émet un avis favorable sur le parc éolien de Saint-Nazaire sous réserves.

DECOS sa émis un avis favorable à ce projet d’éoliennes offshore lors de l'enquête publique, sous réserve des clauses exprimées.
De La Baule la vision des éoliennes est à peine perceptible (simulation)
De La Baule la vision des éoliennes est à peine perceptible (simulation)

DECOS, association de défense de l'environnement sur les communes du Croisic, Batz sur mer, et du Pouliguen intervient dans une perspective de développement durable sur l'aménagement, l'urbanisme et le cadre de vie du secteur.

A ce titre, l'association est présente et très attentive aux conséquences environnementales du projet d'éoliennes offshore implanté devant la côte des trois communes.

Dès l’année 2009 et le début de la phase de concertation, DECOS a mis en place une commission "éoliennes" qui a participé à l’intégralité des débats et des groupes de travail : Environnement, Usages maritimes et Emploi-économie-formation.

Le Conseil d’Administration de l’Association le 27 août 2015 a approuvé les conclusions suivantes en différenciant les critères proprement liés à la protection de l’environnement, objet de l’association, des autres critères qui ont été considérés par la commission :

Aspects négatifs, faiblesses :

• L’importance d’un tel chantier entraînant des forages (ou battages) de 80 mats d’éoliennes de 7m de diamètre sur une profondeur de 25m, environ 120 km de câbles électriques de puissance à recouvrir ou enfouir dans le sol du banc de Guérande, n’est pas sans risques sur le biotope du milieu marin concerné durant le chantier.

• Les études d’impact réalisées dans cette zone en milieu rocheux ont été réalisées pour la première fois. Il n’y donc pas de comparaison possible avec le passé.

• L’impact visuel depuis le littoral n’est pas négligeable et souvent jugé comme pénalisant pour la qualité du paysage.

• La durée de vie des parcs éoliens en mer est encore mal connue (concession de 25 ans) et nécessitera une mise à jour régulière des opérations prévues pour le démantèlement.

• Le projet apporte de nouvelles contraintes pour la navigation sur le secteur.

Aspects positifs, atouts, opportunités :

• DECOS soutient la production d’énergie renouvelable sans production de gaz à effet de serre.

Ce projet est une première étape avant que des parcs éoliens offshore flottants puissent être réalisés mais qui devront veiller à préserver correctement l’environnement et les zones de pêche.

• Le rapprochement des sources de production des points de consommation.

• Le regroupement de nombreuses éoliennes en mer évite la dispersion des parcs éoliens

terrestres.

• La zone retenue est de moindre impact pour la pêche et le milieu marin. Lorsque le parc

sera en activité, la pêche aux arts dormants (filets, casiers, lignes...) sera maintenue. L’interdiction du chalut permettra le maintien d’une pêche artisanale côtière plus respectueuse de l’environnement et des ressources.

• Les menaces sur la biodiversité des fonds marins du banc de Guérande reconnue d’une grande richesse dans sa partie nord-ouest (présence de laminaires) ont été prises en compte et plusieurs améliorations ont été acceptées par le maître d’ouvrage pour minimiser les impacts.

• Les nombreuses études environnementales réalisées depuis l’acceptation définitive de la proposition d’EDF EN en octobre 2013 par des organismes indépendants, mais financées par le maître d’ouvrage permettent de définir un état initial fiable. Ces études ont conclu à

des impacts négligeables à modérés, avant le démarrage effectif des travaux de

fondations en 2016.

• Un programme de recherche de longue durée financé par le Maître d’ouvrage permettra

une meilleure connaissance du milieu naturel marin (benthique, avifaune, mammifères marins ...)

Autres critères analysés par la commission DECOS :

Aspects négatifs :

• Le caractère intermittent de cette énergie peut poser à terme des difficultés au réseau RTE et nécessiter de nouveaux investissements.

• Le prix de revient de l’énergie électrique ainsi produite semble pour l’instant plus élevé sachant qu’EDF a programmé une augmentation progressive du prix de l’électricité quelque soit le mode de production.

Aspects positifs :

• L’ambition du développement de l’éolien en mer est de créer en France une nouvelle filière industrielle dynamique

• Ce projet présente des opportunités de valoriser les compétences et le tissu industriel local autour de Saint Nazaire

• L’exploitation et la maintenance sont source de création d’emplois pérennes notamment à Saint Nazaire et à La Turballe.

• Un développement touristique est espéré avec les deux centres d’exposition (Le Croisic et Saint-Nazaire) et les visites in situ par bateaux depuis les ports du Croisic et de la Turballe.

Position DECOS

DECOS réaffirme que la priorité doit être donnée à la réduction de notre consommation énergétique et aux projets permettant les économies d’énergie à tous les niveaux.

DECOS juge acceptable l’impact visuel annoncé, au vu des expertises présentées lors du débat public et des enjeux d’intérêt général que représentent les énergies renouvelables de proximité.

DECOS demande que des organismes réellement indépendants (bureaux de contrôle) soient nommés durant tout le chantier, puis durant l’exploitation, pour s’assurer que les engagements pris par le maître d’ouvrage pour éviter, réduire et compenser les impacts négatifs, soient effectivement respectés.

DECOS continuera avant, pendant et après les travaux, son travail de vigilance en alertant les pouvoirs publics en cas de dérives constatées et ceci jusqu’au démantèlement de ces éoliennes. En particulier, les engagements de la Préfecture Maritime qui assure la sécurité maritime des lieux et qui a promis de mettre en place de nouveaux moyens bien adaptés à ce champ d’éoliennes, seront particulièrement examinés.

DECOS a déposé, en juillet 2013, une contribution (n°9) lors du débat public pour demander une modification de la répartition de la Taxe Éoliennes entre les communes littorales. Compte tenu de l’intérêt porté par l’ensemble des élus des trois communes du Croisic, Batz sur mer, et le Pouliguen, DECOS demande que cette contribution soit examinée attentivement par les services fiscaux compétents.

DECOS suggère que l’utilisation des fonds ainsi libérés soient exclusivement affectés au financement du Plan Climat Énergie Territorial (PCET) adopté par les communautés de communes de CAP ATLANTIQUE et de la CARENE.

04/10/2015 | 7 commentaires
Article précédent : « Moins de poissons sur la criée »
Article suivant : « Floatgen la première éolienne flottante au large du Croisic »

Vos commentaires

#1 - Le 04 octobre 2015 à 19h22 par gosselet, La Baule
On en reparlera dans 10 ans pour dire sans doute que c'était une aberration. En effet si pour palier à l'intermittence de la production, il faut implanter une production locale de substitution, au gaz ou au charbon par ex.
#2 - Le 12 octobre 2015 à 00h38 par J.BOURGLAN, Le Croisic
Des consultations de la population locale ?Bonne blague ,car il y a bien longtemps que le projet est bouclé et DECOS n'est qu'une façade de défense illusoire des intérêts des presqu'iliens.
Les Dés sont jetés depuis des années et nos élus ne sont que les témoins impuissants de décisions gouvernementales prisent aux profits de multinationales toujours aussi gourmandes ;
Car ne nous trompons pas, les retombées financières pour certaines communes (via les taxes) seront bien minces; De même que la multiplication des créations d'emplois; Une présentation tout en couleurs du projet pour un film en noir et blanc
En fait il faudrait, dès maintenant, expertiser chaque bien pour en connaitre sa valeur avant "le grand chambardement" ;Car si les biens exposés face au parc éolien subiront une dévaluation, il en sera de même pour ceux situés dans les terres !
EX: quel intérêt d'acquérir une résidence au centre des trois villes citées si lors de vos promenades ou baignades d'été votre horizon est bouché parc une forêt d'éoliennes.....
toujours intéressé pour acheter ?
Mais à quel prix ?
J'arrêterai là ma colère de croisicais, alors que DECOS émet pour la noble (?)cause un avis favorable .
Ancien marin pêcheur, comme beaucoup de membres de ma famille....comme beaucoup d'amis disparus dans ces lieux; Je pense à tous ces derniers qui aimaient tant naviguer et pêcher sur "le banc de Guérande" ;Décédés, ils ne le sauront pas, tant mieux.Sinon ,ils se retourneraient dans leurs tombes.
#3 - Le 22 octobre 2015 à 19h32 par Coco44
C'est marrant de voir sur la 3D que la vision des éoliennes sera à peine perceptible, comme par hasard ? La Baule, ville principale de Cap Atlantique - comme par hasard ?


Du coup, puisqu'il ne faut pas déranger les beaulois, autant déranger les autres (Le Pouliguen, Batz sur Mer et Le Croisic). On préfère donc détruire un espace naturel (la Côte Sauvage) au profit d'un espace artificiel avec blocs de béton, etc...

Le problème de ce genre de décision prise par des gens qui ne respectent que peu l'avis des citoyens, font payer à ces citoyens les betises qu'ils ont commis eux-même quelques années plus tard (impots, taxes, etc...)

Un référendum aurait-il pu être organisé par Cap Atlantique concernant ce sujet ?

Le Capitalisme nuit gravement à votre quotidien, à consommer avec modération.
#4 - Le 24 octobre 2015 à 10h05 par Lemere
@ Bourglan

Au moins avez-vous l'honnêteté de reconnaître que vous avez peur de perdre de l'argent.

@Coco44

Référendum, mot magique, mais dans le cas présent on n' attend pas un miracle pour réduire les effets de la production d' énergie actuelle ( CO2 pour le thermique, déchets radio actifs pour le nucléaire ). Gouverner c' est prendre des décisions, qui de facto ne peuvent plaire á tout le monde. Moi je considére que nous avons de la chance qu' on nous fasse un champ éolien, plutôt qu' on nous propose un enfouissement des déchêts nucléaires. Pour ce qui est du CO2, merci on a déjá avec Cordemais, mais comme c' est loin de votre courte vision, vous n' en n' avez cure. Et Cordemais, cela n' a pas fait baisser le prix de l' immobilier sur la côte. Et ça cela vous va bien.
#5 - Le 06 novembre 2015 à 16h12 par Coco44
Contrairement à ce que vous pensez M.Lemere, je ne suis pas contre l'écologie (voir posts sur les précédents sujets, ce qui me pose problème, c'est la visibilité des éoliennes vues du littoral (trop visible vu le nombre prévu), le fait de les éloigner pourrait tout simplement régler le problème mais trop simple apparemment.

Concernant le CO2, on a pas que Cordemais, mais aussi la raffinerie de Donges, qui est plus proche de la presqu'île malheureusement.


Pour ma part, je pense qu'il y a aussi d'autres solutions dont voici quelques exemples simples pouvant avoir également avoir des effets positifs sur le tourisme(campingcars):

- extinction des lumières inutiles des parkings et enseignes lumineuses (centre commerciaux, administrations et autres) de 22h à 05h (sauf cas particuliers comme les cinémas, les gares par exemple).

- Rendre le transport collectif plus abordable (train, bus...),
un effort ayant déjà été fait grâce a la création de Lila Presqu'île dernièrement et notamment de nouvelles lignes comme par exemple Le Croisic-Guérande sans passer par La Baule

- Faciliter les voies douces (Création de pistes cyclables notemment sur la côte du Croisic où c'est très difficile pour les vélos de circuler en sécurité surtout en été comme cela a été fait au Pouliguen) car les vélos ne peuvent circuler sur le circuit piéton le long du littoral croisicais.

- Création supplémentaire d'airs de stationnements pour Camping-cars au lieu d'en supprimer (ex: parking camping cars du Mont Esprit (côté port) au Croisic (divisé par 2 en nb de places) sachant qu'un parking pour camping cars pourrait être créer sur le terrain vague à côté des tennis du mont-esprit.

- Chaque nouveau logement construit devra être le plus autonome possible en énergies (panneaux solaires, petites éoliennes sur le toit, récupérateur d'eau, etc...

Et pour le CO2, au lieu d'utiliser la voiture pour faire 500m seulement, la marche ou le vélo, c'est bon pour l'environnement et la santé.

A bon entendeur..
#6 - Le 07 novembre 2015 à 20h44 par Braud
Combien de décote faut-il prévoir pour les biens immobiliers en premiere ligne face à la mer ?
Étant donné que 80 éoliennes à 184 m de haut à 12 km en mer se voient comme le nez au milieu de la figure .
Je pense qu'une décote de 20 à 30% est à prévoir
#7 - Le 16 décembre 2015 à 20h30 par Lemere
@Braud

Au moins vous vous etes franc, pour vous c est juste une question d argent .

Et je ne suis pas loin de penser que vous etes une majorité comme Braud

Money, it's the hit!
Money it's the shit!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter