Le Croisic Infos

« Du Pays de Guérande à la Côte d’Amour », un ouvrage innovant par Marie Rouzeau

Originaire du Finistère mais installée en Presqu’île depuis près de 45 ans, Marie Rouzeau vient de publier un magnifique ouvrage intitulé « Du Pays de Guérande à la Côte d’Amour ». C’est une nouvelle façon d’aborder l’histoire de la région par son identité de « pays » dans la filiation des éditions Palantines de Quimper. L’écrivaine et historienne dédicaçait son livre, samedi, au Triangle Blanc

C’est ce qu’on appelle un « beau livre » à mettre dans sa bibliothèque ou à offrir aux férus d’histoire de leur région et plus particulièrement du Croisic. Retracer l’histoire du Pays de Guérande de l’origine à nos jours, c’est tout l’ambition de cet ouvrage, merveilleusement documenté et illustré. « On regarde le passé d’un pays en mettant l’accent sur ce que les générations en vie ont connu ou sur ce dont elles se sentent héritières », explique Marie Rouzeau. Au cours des deux derniers siècles, le Pays de Guérande a subi d’importantes transformations avec la migration des activités humaines des terres vers la côte. « La vie s’est implantée et développée sur la côte », ajoute l’auteur.
Quelques exemples et anecdotes sont marquants. Ainsi, Le Croisic, peu de gens le savent, a longtemps été la première station balnéaire de cette partie de la côte Atlantique, loin devant Pornic. Plus surprenant : « C’est nous qui avons inventé la sardine à l’huile ! Pas Nantes comme on le croit bien souvent. Et c’est une industrie qui a vu le jour ici et qui est devenue rapidement planétaire ».
Autre fait remarquable, l’émergence de La Baule, surgit des sables dangereux où il était extrêmement difficile d’implanter une pinède. « Une fois la pinède réalisée, La Baule s’est très vite développée avec sa belle plage tournée vers le Sud. La « Belle époque » a vu naître La Baule. Plus généralement, Marie Rouzeau dresse le portrait d’un pays « terre de contrastes, voire même un peu cloisonné. Mais c’est en grande partie la nature qui le veut ».
La rencontre avec le public lors de sa séance de dédicaces a été riche. Certains ont même retrouvé dans l’iconographie des souvenirs de leurs propres familles comme cette dame, revenue dans l’après-midi, après avoir reconnu son grand-père sur une représentation. Ce travail innovant, basé sur une réflexion sur un ensemble depuis les origines à nos jours, a trouvé de nombreux lecteurs.

Auteur : Y.D. | 27/04/2010 | 0 commentaire
Article précédent : « L'artisanat sous toutes ses formes jusqu'à dimanche, à l'ancienne criée »
Article suivant : « Journée de la prévention routière : ça cartonne ! »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter