Le Croisic Infos

Exposition sur la bible : de la difficulté d’exhiber la religion

Dès lors qu’elle sort des lieux de culte traditionnels, la religion ne laisse plus personne insensible. Ainsi, l’exposition organisée par l’association Croisicaise « Bible, patrimoine de l’Humanité » a soulevé, a priori, l’indignation des tenants d’une laïcité appliquée à la lettre. A posteriori, ce ne fut sans doute qu’une opposition de principe, même si on peut légitimement s’interroger sur le financement public, dans le cadre de la loi de 1905. L’exposition a tout de même connu un franc succès. On peut regretter son côté très technique et détaillé, parfois inabordable pour le néophyte.
Pour illustrer le succès rencontré par l’exposition, il suffisait de se rendre aux différentes conférences organisées à l’ancienne criée. Elles ont fait le plein ! Notamment pour celle sur « La Bible et l’art » de Marie-Françoise Montet, et surtout celle de l’universitaire Joseph Burlot, sur le thème « La Bible et le Coran, convergences et divergences » où il n’y avait plus une seule place disponible, tant et si bien que les organisateurs ont doublé la mise, lundi soir.
L’exposition, relayée par l’association Croisicaise, était présentée par l’ABF (Association Biblique Française). Elle a pour vocation, depuis 1818, de traduire et de diffuser la bible, d’en promouvoir la lecture auprès de tous les publics. « Nous faisons le lien entre tous, croyants ou non, dans le respect des convictions de chacun. Les gens sont libres de satisfaire leur curiosité de réfléchir. Pour beaucoup, c’est un retour à la source », explique Madame Chesnais, responsable de l’association.
Organisée en superbes modules, confortables, formidablement décorés, et surtout très interactifs (écrans tactiles, lectures, casques audio, etc.), l’exposition aborde différents sujets : la genèse de la Bible, la Bible et les langues, la Bible et les nouveaux supports technologiques, les traductions, les personnages, la Bible et les cultures du monde. Mais pour en faire le tour et en saisir tous les aspects, il faut au public de la patience et du temps, car l’exposition est très fouillée, parfois trop technique, à la limite de l’incompréhension lorsque l’on ne possède pas les bases d’une culture religieuse Chrétienne.
Bible : Nom féminin singulier, traduit le grec « biblia », qui est un pluriel et signifie « livres ». Ce nom désigne de fait  une bibliothèque.
 
Cultuelle ou Culturelle ?
 
Telle est la question soulevée par cette exposition, car chacun met sa limite là où il l’entend, selon ses convictions religieuses, politiques ou philosophiques. Toujours est-il que cette exposition n’a pas suscité de trouble à l’ordre public, en restant relativement discrète. Pas de prosélytisme outrancier, mais c’est tout de même un bel outil de propagande pour cette branche du Christianisme. 
Les politiques s’en sont donc mêlés, au risque de déraper sur un sujet extrêmement glissant à tous les échelons : local, régional, national, européen, mondial. Disposée à répondre aux questions, la mairie du Croisic, par son directeur de la communication, William Nocus, apporte des réponses claires sur sa position :
« L’association croisicaise « Bible, patrimoine de l’humanité » a présenté aux élus du Croisic un projet d’exposition sur la Bible. La ville n’a pas donné un accord immédiat. Elle s’est renseignée avant de s’engager dans une subvention. Ainsi, des élus ont visité cette exposition à Vannes au Palais des Arts et de la culture, du 22 novembre au 4 décembre 2009.
Cette exposition est apparue, pour les élus, culturelle et non cultuelle. D’ailleurs, elle présente plusieurs bibles répondant aux différentes branches du christianisme. On y trouve aussi le Talmud, la Thora et le Coran. La partie « sombre » de La Bible y est aussi abordée : inquisitions, guerres, etc. Ce n’est pas une hagiographie de ce livre.
 Les élus ont été aussi rassurés par le soutien du ministère de la Culture apporté à l’exposition. Le projet a été, bien sûr, initié par l’Alliance Biblique Française (association 1901 reconnue comme œuvre d’intérêt général à caractère éducatif), sous la supervision d’un comité scientifique composé de spécialistes et de pédagogues. Il a reçu une subvention du ministère de la Culture. L’exposition s’est arrêtée à Genève, à Saint-Germain-en-Laye (inaugurée par un discours prononcé par Gérard Larcher, président du Sénat), à l’Unesco (discours de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, en pièce jointe). 
La ville a accepté de soutenir cette exposition à 3 conditions : 
 · Assurance d’aucun prosélytisme avant, pendant et après l’exposition,
 · Aucune vente de Bibles, ni de Coran ni d’Ancien Testament, 
 · Une aide de la ville du Croisic ne peut avoir lieu que si d’autres collectivités s’engagent (Batz-sur-Mer, Le Croisic, ministère de La Culture, Conseil régional, etc.).
 Comme, ces conditions étaient respectées, et que cette exposition était de renommée, qu’elle remplissait un rôle pédagogique, historique, littéraire et culturelle, les élus ont donné leur accord à sa tenue au Croisic. Je ne connais pas le budget exact de l’association, mais il se répartit entre subventions publiques (Batz-sur-Mer, Le Croisic, ministère de La Culture, Conseil Régional), sponsors privés (Intermarché, je crois), dons privés et financement propres à l’association.
Pour ma part, certains s’attaquent à cette exposition pour des fins politiques. C’est de bonne guerre, mais inapproprié. Je souligne que le conseil régional des Pays-de-Loire (à gauche) a soutenu cette exposition. Pour les élus, c’est une tempête dans un verre d’eau au vu du large public que reçoit cette exposition. »
Notons que de son côté, Danièle Rival, maire de Batz-sur-Mer et conseillère Régionale, tient des propos similaires. Remarquons enfin que pendant l’exposition, les oppositions se sont faites plus discrètes.
Toutefois, on ne peut s’empêcher de poser cette question polémique : Quelles seront les réactions si une exposition du même type, sur le Coran cette fois, demandait le même soutien ?
Auteur : Yoann Daniel | 15/07/2010 | 3 commentaires
Article précédent : « L’évènement « Le Croisic m’est conté » revient pour quatre représentations estivales »
Article suivant : « L’Association des Plaisanciers Croisicais embarque plus de 300 personnes pour la S.N.S.M. »

Vos commentaires

#1 - Le 17 juillet 2010 à 21h35 par Mr Boucler, Le Croisic
Les dérives ont été évitées tant dans l'exposition que dans l'article. La religion est toujours un sujet très sensible a traiter. Je n'ai pas pu y aller et je regrette au vu de votre article. J'aurais voulu me faire mon idée parce que je l'avoue je n'étais vraiment pas pour. Tant mieux si ça c'est bien passer et que cela n'a froissé personne.
#2 - Le 17 juillet 2010 à 22h17 par Duffay Eric, Nantes
Je partage votre vais, monsieur Boucler, il faut savoir être raisonnable, et parfois dépassionné le débat. C'est vrai que ce sont des sujets délicats. Merci à ce site de l'avoir traité.
#3 - Le 06 août 2010 à 13h39 par Valois Michèle, Le Croisic
Cette exposition méritait d'être vue : bonne organisation dans la présentation des différents sujets, textes intéressants, riches témoignages divers, réflexions personnelles également.
Cependant, n'étant pas une experte du sujet, la technicité du sujet était particulièrement rude, parfois inabordable.
Je suis sortie tout de même de l'Ancienne Criée satisfaite.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter