Le Croisic Infos

Hôtel du Duc d’Aiguillon : tout est à refaire

L’Hôtel d’Aiguillon avait été engagé sous compromis de vente. Mais l’acquéreur n’ayant pas honoré ses engagements la Municipalité va devoir rompre cet avant-contrat.

C’est une question diverse de l’opposition qui a apporté l’information à la table du conseil municipal.
L’Hôtel d’Aiguillon, bâtiment emblématique de la ville du Croisic avait été mis en vente. La Municipalité avait décidé que les travaux à engager pour sa restauration respectueuse étaient hors de ses moyens.
Malheureusement  les acquéreurs ne s’étaient pas précipités, les prétendants ayant identifié les contraintes du bâtiment  qui s’ajoutaient à celles d’un cahier des charges imposé par le vendeur. Finalement un avait été retenu, mais le temps passant, il s’avéra qu’il ne tenait pas ses engagements, ainsi il n’avait pas versé le dépôt de garantie, ni n’avait déposé le permis de construire dans les délais.
Finalement la majorité a décidé de demander la rupture.
Y aura-t-il des compensations financières ?  Même si l’acquéreur semble fautif, sans dépôt de garantie, le vendeur pourrait bien avoir des difficultés à récupérer  un montant de pénalités.
L’Hôtel revient donc à la vente, « avec le même cahier des charges » précise le maire, mais cette fois un « agent immobilier spécialisé » serait chargé de la commercialisation.
En attendant, « le bâtiment se dégrade » font remarquer les conseillers.
La majorité rappelle qu’une commission patrimoine avait donné son accord pour le choix de cet acquéreur.
L’Hôtel  d’Aiguillon qui ne semble pas  vouloir quitter la Ville trouvera-t-il un autre acquéreur, ou une autre solution pourra-t-elle être trouvée afin qu’il reste dans le patrimoine du Croisic ?

Auteur : LY | 13/05/2015 | 3 commentaires
Article précédent : « Conseil municipal : des échanges courtois entre majorité et opposition »
Article suivant : « Pour que vive Le Croisic lance « Les Échos du Croisic » »

Vos commentaires

#1 - Le 14 mai 2015 à 08h53 par korrigan, Le Croisic
Si personne n'en veut, si sa restauration est hors des possibilités financières de la commune (sans lever un "impôt" spécial), le mieux serait d'ordonner dès à présent sa destruction et de vendre le terrain pour l'édification d'un batiment commercial attractif sur 2 ou 3 niveaux.
#2 - Le 26 mai 2015 à 09h06 par arcroazig, Le Croisic
A vouloir toujours trop gagné, c'est ce qui arrive, il y avait deux autres acquéreurs, mais à des prix d'achat raisonnable.
Et aujourd'hui, l'Hotel d'Aiguillon serait restauré et embellirait le paysage.
Mais non, qui trop embrasse, mal etreint, un vieux proverbe qui a toujours sa place.
#3 - Le 02 août 2016 à 06h29 par Pascal44, Nantes
@korrigan

Au cas où ne le sauriez pas, l'hôtel d'Aiguillon est classé aux monuments historiques depuis 1926. S'agissant d'un patrimoine protégé, la destruction de ce magnifique bâtiment est totalement impossible.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Salon ChocolatAudiences annuelles des sites du réseau Media-Web
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter