Le Croisic Infos

Kenavo Thierry Goudedranche

Thierry Goudedranche n'est plus. Cette figure incontournable de la presqu'île, humaniste, musicien talentueux et passionné, défenseur de la culture bretonne et populaire a finalement succombé à la maladie à l'âge de 54 ans. Ils seront des centaines à lui rendre un dernier hommage, ce mardi à 14 h 30, à l'église Notre-Dame de la Pitié au Croisic.
Thierry Goudedranche
Thierry Goudedranche

Qui n'a pas croisé un jour la route de Thierry Goudedranche en Presqu'île de Guérande n'a probablement pas connu toutes les richesses et toute la générosité de ce pays. Car il était un concentré d'histoire brute de ce coin-là : fils de gaouch, gardien de phare, il débarque de son Pays Bigouden à l'âge de 20 ans sur les quais du Croisic. Soudeur chez Mécanaval, il formera les plus jeunes au métier. Amoureux de la mer, des ports, des marais salants, il y sera chez lui désormais, mais n'oubliera jamais ses racines cornouaillaises. Amoureux des gens d'ici, il en fera sa famille mais ne manquera jamais une occasion de sublimer la mémoire de ses parents et sa fierté pour ses enfants, Benjamin et Alan, avec toute la pudeur de ceux qui n'en font jamais trop.

Qui a croisé un jour la route de Thierry Goudedranche n'entendra plus résonner ses instruments, de la bombarde à l'accordéon en passant par la flûte irlandaise, du Bourg de Batz où son implication dans l'Assemblée faisait perdurer les traditions paludières, à la Place Dinan pour les Vieux métiers de la mer, en passant par l'ancienne criée et ses fameux fest-noz, et sur les terrasses les soirs d'été. Des moments partagés avec d'innombrables copains musiciens, réputés ou non, unis dans la celtitude, liés par l'océan, animés par la nécessité de partager cet amour. Parmi ceux qui ont partagé les dernières années de la vie de Thierry, on saluera l'ami, Joël Faou et son violon. La complicité de ces deux-là se lisait dans les regards. Et puis Yann Joncour, son camarade au coeur de pirate, dans une relation pleine d'espiègleries. Dégâts d'Chez Nous, les Mâles de Mer, des duos de sonneurs à travers toute la Bretagne, des rencontres avec les plus grands de la musique celtique, des centaines de fest-noz et de concerts, des créations et de la transmission encore, Thierry Goudedranche a joué sa mélodie sans fausse note, à sa façon, libre et sans calcul.

Qui a rencontré Thierry Goudedranche a apprécié un bout d'humanité. Un homme bon avec ses qualités et ses défauts, qui ne se cachait pas derrière des artifices pour exprimer ses joies, ses peines, ses colères, ses rêves, ses espoirs. Homme de gauche, sa générosité et son engagement faisait l'unanimité. Colisiter de Patrick Hamon sur la liste « Le Crosic Solidaire » aux municipales de 2008, premier président de La Calebasse, il voulait une culture populaire, une presqu'île ouverte sur la monde. Car Thierry n'aimait pas les barrières, qu'elles séparent les gens dans les stades de football, dans des pays du monde, ou encore ces bretons séparés de leur région d'origine sur la carte des départements français. Il était comme ça le Thierry Good, il voulait réunir les gens. Garder le lien aussi, d'où sa présence active sur les réseaux sociaux où il partageait photos, souvenirs, réflexions, bulletins météo, coups de coeur et coups de gueule.

Enfin, avec le développement de la maladie, il se sera battu pour la cause des personnes à mobilité réduite. Souvent révolté par l'inertie des pouvoirs publics et parfois par l'indifférence de ses concitoyens. Qui n'a pas rencontré Thierry Goudedranche a peut-être entendu vrombir son fameux quad, couleurs Gwen ha Du. Un moyen pratique de se déplacer, et surtout d'apprécier quotidiennement cette côte sauvage, terre d'accueil, et comme un silence sur une partition, s'y arrêter, y méditer un peu sur le sens de la vie. Kenavo Thierry.

Auteur : YD | 26/10/2015 | 4 commentaires
Article précédent : « La commune du Croisic sensibilise le grand public à la sécurité routière »
Article suivant : « L’association « pour que vive Le Croisic » discute du Plan de Prévention des Risques Littoraux »

Vos commentaires

#1 - Le 26 octobre 2015 à 22h23 par le gallic francois, Igny 91430
bon vent a toi Thierry rejoint le monde de la musique bretonne tu le mérite bien
je peu pas être la demain mais ma pensée seras la
kenavo mon pote
#2 - Le 27 octobre 2015 à 08h31 par Jego-Chotard Lily.ann, Bretagne 44
MERCI
pour ce très bel et émouvant hommage à notre Ami Thierry

Que la musique qu'il aimait tant l'accompagne à jamais là où il demeure
maintenant.
Que son rêve de Bretagne (ré)unie soit enfin réalité....
Kenavo Thierry
Lily
#3 - Le 27 octobre 2015 à 14h54 par Collombelle Martine Christian, Carrieres Sur Seine
Ce message est très beau et émouvant, merci. Nous sommes tristes et garderont un très bon souvenir de la gaîté et la gentillesse de Thierry lors des festivités d été où nous étions fideles.
Bon voyage de l autre côté.
#4 - Le 06 novembre 2015 à 19h22 par CASSAING
Thierry chéri chéri,
Stupeur et chagrin à la nouvelle de ton départ précipité.
Avec ton acolyte Thierry Crusson, tu as enflammé de nombreuses soirées au Bar "Les Boucaniers", quai Hervé Rielle.
Nous avons gardé précieusement des enregistrements audio, de nombreuses photos de l'époque où tu enchantais le peuple conquis des Boucaniers.
25 ans plus tard, nous avions toujours des conversations passionnées au téléphone.
Lorsque nous revenions au Croisic, tu nous accueillais dans ta maison, les bras toujours grand ouverts. La nuit "était trop courte".
Aujourd'hui, comme l'a dit Glenmor (certainement un copain à toi !), "tu es parti compter les étoiles".
Cher Thierry, tu manqueras à beaucoup.
Michel et Minou.
ps : ta casquette de gaouche, offerte lors d'un concert, est entre de bonnes mains.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter