Le Croisic Infos

L'A.D.D.E.V.A 44 se bat pour les retraites anticipées et l'indemnisation des victimes de l'amiante.

L’Association Départementale de Défense des Victimes de l’Amiante regroupe neuf secteurs en Loire-Atlantique. Au Croisic, elle est dirigée par Gérard Deslandes, avec le soutien de Patrick Hamon et de huit bénévoles.

L’A.D.D.E.V.A, c’est une seconde famille pour les amiantés, mais c’est aussi le bras armé d’une lutte quotidienne pour faire reconnaître les droits des travailleurs empoisonnés, auprès de l’État et du patronat. Accompagnement du montage de dossiers médicaux et juridiques, demandes de préretraites et d’indemnisations, soutien aux veuves, gestion des fonds d’indemnisations et combats judiciaires contre les entreprises qui ont négligé les conséquences dramatiques de l’amiante, telles sont les missions menées par l’association.

C’est une lutte obstinée que celle des travailleurs victimes de l’amiante, sans cesse motivée par la longue liste de ceux qui partent prématurément. « Notre espérance de vie est de 10 à 20 ans plus courte que celle des autres travailleurs », indique Gérard Deslandes. Et l’homme récemment décoré de l’Ordre National du Mérite reste pudique quant aux souffrances qui accompagnent les décès : plaques pleurales, épaississements pleuraux, cancers en tous genres dont les plus répandus sont ceux du larynx et bronco-pulmonaires, mésothélomes et adénomes carcinomes. Il connaît bien Gérard. À cela, il faut ajouter la souffrance morale des victimes : anxiétés, handicaps dans la vie quotidienne, fatigues, etc.

Aussi, le combat de l’A.D.D.E.V.A, c’est de faire son possible pour faire partir les salariés le plus tôt possible en retraite. « On monte d’abord des dossiers pour la reconnaissance de ces gens en maladie professionnelle. Une fois reconnus, ils peuvent prétendre à la retraite à 50 ans. C’est ce qu’on appelle l’ACAATA. Dès lors, ils sont indemnisés par un fond spécial créé en 2002, le FIVA. Mais c’est une procédure compliquée et on se heurte parfois des oppositions », explique Gérard Deslandes. Avec Patrick Hamon, il siège l’ANDEVA, l’association nationale. Le premier est même membre du conseil de surveillance du fond ACAATA.

Il n’y pas de salarié à l’A.D.D.E.V.A, tous sont bénévoles et il y en a 200 sur le département. « Depuis 2002, nous avons traité 800 dossiers sur ce secteur. Et depuis 8 ans, nous avons réussi à faire partir des milliers de gens en préretraite », indiquent Gérard et Patrick, eux-aussi victimes de la poussière mortelle. L’association accompagne également les ayant droit, une fois la personne décédée, de façon à ce qu’ils soient eux aussi reconnus en préjudice et indemnisés. « Combien de petits-enfants qui ne verront jamais leurs grands-pères ? », questionne Gérard Deslandes.

Mais rien n’est jamais gagné dans ce combat contre le système et les maladies. « La situation avec les entreprises est bloquée depuis un an. Le gouvernement a mis un frein à la reconnaissance. De plus, on se retrouve avec des entreprises où il y a des ouvriers touchés par l’amiante, comme le bâtiment et la mécanique, mais qui n’entrent pas dans le cadre légal. On monte les dossiers même si on sort des clous, et qu'on est boulé. Alors, on déclenche une procédure au tribunal. On se heurte au mur du patronat », explique Patrick Hamon. Aussi, l’A.D.D.E.V.A est très active sur le terrain pour défendre les victimes, en ne relâchant jamais la pression. Le 9 octobre dernier, en pleine mobilisation contre le projet de réforme des retraites, l’association défilait elle aussi à Paris. « On craint qu’avec ces réformes, l’indemnisation des victimes de l’amiante ne passe à la trappe », ajoute le président croisicais. Le 19 octobre, c’est avec une délégation de veuves qu’ils sont allés exposer leurs difficultés à un groupe de députés. Enfin, l’A.D.D.E.V.A ne cédera rien aux entreprises qui ont ruiné la santé de ses adhérents : « On veut que les entreprises qui nous ont empoisonnées soient condamnées ! Les patrons sont aussi responsables. Il y a des avancées, mais il n’y aura pas de procès avant 2014. C’est le cas notamment pour Valéo », ajoute Patrick Hamon.

L’association édite une publication semestrielle qui rapporte ses activités. Elle dispose également d’un site internet : www.addeva44.fr. Au Croisic, avec le soutien de la mairie, l’A.D.D.E.V.A possède un local fonctionnel et refait à neuf, situé au 4 bis rue du Lin. Les permanences se tiennent les 1er, 3e et 5e mardis du mois de 9 h 00 à 12 h 00, et les 2e et 4e mardis du mois de 14 h 00 à 17 h 00, tel : 02 40 01 67 74. Renseignements et rendez-vous du lundi au vendredi au 06 77 37 93 51 et mail : addeva44lc1@orange.fr

Auteur : Yoann Daniel | 26/10/2010 | 12 commentaires
Article précédent : « Bien tristes soirées pour le Téléthon »
Article suivant : « Le Point-Jeunes en pleine transition entre générations »

Vos commentaires

#1 - Le 20 mai 2011 à 23h50 par lecomte patrik, Villers Semeuse
j'ai travailler chez deville au services de l'entrtien de 1979a1982 ai -je droit a un avantage sur la retraite merci de repondre
#2 - Le 24 mai 2011 à 16h55 par HAMON PATRICK, Le Croisic 44490
Bonjour afin d'examiner votre situation, j'aurai besoin de connaitre le lieu de l'établissement ou vous avez travaillé.De plus il est important si vous ne l'avez pas déja fait de passez un scanner puis de prendre rendez vous avec un pneumologue.Pour plus de renseigements vous pouvez me contacter au 0677379351 Patrick Hamon ADDEVA 44
#3 - Le 25 mai 2011 à 09h20 par DESLANDES Gérard, Le Croisic
pour renseignements veuillez appeler,monsieur gèrard Deslandes,au 0786788045
#4 - Le 28 juin 2011 à 14h06 par geffroy, BesnÉ
bonjour j'ai travaillé 34ans aux chantiers de l'atlantique je suis parti dans le cadre du plan amiante maintenant je suis en retraite depuis septembre 2010 j'ai demande un imprime pour un suivi a la sécurite sociale j'attend une réponse pour une prise en charge de scanner si le scanner ne trouve rien (et tant mieux)y a t'il des droits pour nous. cordialement
#5 - Le 21 mars 2012 à 17h53 par Martinez José, Nantes
J'ai lu dans un bulletin Addeva que les examens peuvents être faits pris en charge par les organisme sociaux. Auprès exactement de quels organismes puis je me procurer les documents et que dois je fournir à ces organismes comme justificatifs.

Merci d'avance
#6 - Le 25 octobre 2012 à 15h06 par SORIN, St Malo De Guersac
JE VOUDRAI CONNAITRE LE CALCUL DE L'INDEMNITE DE DEPART SUITE DISPOSITIF AMIANTE.
JE TRAVAILLE CHEZ AIRBUS.
IL ME SEMBLE QUE LE CALCUL EST DIFFERENT SUIVANT LES ENTREPRISES SOIT CALCUL METALLURGIE LOIRE ATLANT OU CALCUL DEPART AMIANTE.
DROITS ET OBLIGATIONS ?
MERCI D'AVANCE POUR VOS INFOS
#7 - Le 10 janvier 2013 à 15h25 par CLERC, Belfort
J'ai travaillé 8 ans à l'Alsthom,dont 4 ans dans l'amiante. Entreprise reconnue site amianté. Actuellement, agent SNCF, mon départ en retraite est prévu à l'age de 53 ans.J'aimerais connaitre l'age du versement de ma pension du privé (actuellemnt pension versée à 60 ans pour les personnes ayant travaillées toute leur carrière dans le privé
#8 - Le 14 janvier 2013 à 14h00 par Hamon Patrick
Bonjour Mr Clerc
Si vous avez commencé à travaillez à ou avant 16 ans,vous pourrez bénéficier du système des carrières dites longues,et dans ce cas votre retraite du régime général, vous seras versé à 60 ans.
Vos 4 années d'exposition à l'amiante ne seront pas prise en compte,si vous ètes toujours en activité.Par contre si vous avez plus de 50 ans il est important de faire des examens chez un pneumologue. (scanner,exploration fonctionnelle respiratoire...)
Patrick Hamon bénévole ADDEVA 44
#9 - Le 07 février 2014 à 19h12 par maindin, St Brevin
Je ne remercie pas l adeva pour sa non présentation le jeudi au prud home de st nazaire
Pour le dépôt devant la cours des 125 dossiers
De l amiante des anciens salariés de la société
EATON de la zone de brais fermer depuis 2002
Et mm pas notre défense a la cours
Suite au courier de notre représentant une semaine avant l audience seul 7 personnes etait presente fin du combat a t il vraiment commencé
???????.
#10 - Le 27 février 2014 à 09h28 par Hamon Patrick
Bonjour Didier
Comme tous les salariés concernés, tu as du recevoir le courrier du cabinet Ledoux précisant qu'il n'était pas nécessaire de se présenter au tribunal le 6 février dernier. L'addeva 44 fonctionne uniquement avec des bénévoles, et à chaque fois que cela est nécessaire, nous sommes présent.
Je trouve donc tes remarques un peu injuste, surtout quand tu te demande si le combat a vraiment commencé. Sur l'anxiété nous n'avons de cesse avec mes collègues et notre cabinet d'avocats, de rechercher une solution pour trouver un lien juridique avec le groupe EATON CORP. Je te rappelle également les 5 années de combats pour faire inscrire, l'entreprise EATON sur la liste des entreprises qui ont exposées leur salariès aux poussières d'amiante,ce combat permet aujourd'hui de profiter de l' acaata !!!! je pourrais aussi te parler du combat que nous menons tous les jours,dans l'ombre pour aider les anciens salariés atteint d'une pathologie lié à l'amiante.
Tu comprendras Didier au travers de mon propos que suis très déçu de lire de telle chose. Cela me rappelle ces années 2002 et 2003, ou pour avoir défendu mes collègues de travail, je me suis retrouvés interdit d'embauche dans la région, je ne me souviens pas de ta présence pour nous soutenir lors de notre combat contre les chantiers !!! Mes collègues de l'addeva 44 mon informés de la tenue d'une réunion la semaine prochaine pour faire le point sur le dossier d'anxiété, malgré mes problèmes de santé, je vais faire l'effort d'ètre présent, je pourrais ainsi répondre de vive voix à tes questions.
Patrick Hamon
#11 - Le 15 octobre 2015 à 19h28 par Bodet Gilbert, GuÉrande
Bonjour
J'ai actuellement 55 ans passé et pour préparer ma retraite, j'ai besoin de savoir si la société CTO (Chaudronnerie et Tolerie de L'ouest actuellemnt fermée) à Guérande est sur la liste des entreprises reconnues pour avoir utilisées de l'amiante.
J'ai travaillé dans cette société de janvier 1981 à mars 2000.


merci d'avance pour votre retour
Mr Bodet G
#12 - Le 17 octobre 2015 à 00h41 par Hamon Patrick
Bonsoir
Non hélas nous n'avons pas réussi à faire inscrire cette usine, sur la liste des entreprises ayant exposées leurs salariés aux poussières d'amiante, Pour avoir plus de renseignements, sur la retraite mais aussi sur le suivi post exposition, vous pouvez passer à la permanence du Croisic 4 bis rue du Lin ouvert tous les mardi matin.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter