Le Croisic Infos

L’hôpital deviendra un pôle gériatrique médicalisé de 150 lits en 2013

De profonds bouleversements vont intervenir sur les sites de l’Hôpital Intercommunal Guérande/Le Croisic en 2013. À l’issue d’une profonde réflexion, Daniel Dumortier, le directeur, et le docteur Raphaël Hervy, président de la Communauté Médicale d’Établissement, viennent d’annoncer le transfert des services de médecine vers Guérande. Au Croisic, les bâtiments seront réaménagés et construits pour accueillir les patients en longs séjours dans de bien meilleures conditions.

En préambule, Daniel Dumortier a tenu à préciser que depuis la loi Bachelot, le conseil d’administration de l’hôpital n’a pas qu’un rôle consultatif dans les décisions prises. En effet, les projets ont été décidés et actés par le directoire, un conseil qui réunit une majorité de médecins, le directeur et d’autres personnels ou administratifs avisés. La loi a également mis un terme à l’appellation « Hôpital local » pour la remplacer par « Hôpital de proximité ». Celui de Guérande/Le Croisic est l’un des plus importants de France, se substituant parfois à un centre hospitalier.
Jusqu’à ce jour, le site du Croisic comprend deux bâtiments. Un EHPAD (service de gériatrie) de 80 lits abrité dans la structure « Les Lauriers », et une autre structure « Côte Sauvage » type V120 qui accueille 120 lits sur trois étages (deux de soins longue durée et un de soins de suite et réadaptation). Le taux d’occupation est de 95 %. « Par ailleurs, le site du Croisic n’accueille que 17 % de Croisicais en soins palliatifs, 30 % en service de médecine, 29 % en soins de suite et rééducation, 35 % en EHPAD », détaille Daniel Dumortier.

Les permanences de soins en péril

La direction de l’hôpital se veut très claire : il ne s’agit pas de déshabiller Paul pour habiller Pierre. Mais en plus de perspectives inquiétantes sur l’évolution de sa démographie, qui contrastent nettement avec celles de Guérande, le site croisicais souffre de deux gros points noirs.
Tout d’abord, ses prestations d’hébergements sont à bout de souffle. « Les bâtiments datent des années soixante-dix. Leur architecture, notamment celle des Lauriers et ses 80 lits, n’est plus adaptée. Ils ne disposent pas de chambre avec douches, les locaux communs ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite. Il n’y a qu’un seul ascenseur. Portes et couloirs ne sont plus aux normes actuelles. Par ailleurs, la prise en compte des résidents souffrant de la maladie d’Alzheimer s’avère délicate, le bâtiment ayant été conçu pour des personnes autonomes », explique le directeur. Une petite visite des lieux est édifiante : des chambres de 13 m2, vétusté, infiltrations, dégradations des papiers peints, agencement sans intimité, mobilier hors d’âge.
Mais le plus grand danger vient de la raréfaction des médecins libéraux du Croisic, uniques intervenants dans l’enceinte, avec un seul médecin salarié à l’hôpital. « Ils étaient huit il y a cinq ans. Aujourd’hui, ils ne sont plus que cinq, et leur nombre diminue au fil des départs en retraite. Quand ils sont remplacés, les nouveaux ne veulent pas prendre les permanences à l’hôpital. On ne peut pas les y contraindre. Là, nous sommes au seuil critique pour la continuité des permanences », indique Raphaël Hervy. Le docteur explique les raisons de cette situation : « Il y a une mutation de l’exercice médical. Ils boudent un peu cette activité au profit d’un poste salarié. La charge de travail augmente et il faut bien reconnaître que ce n’est pas très bien payé par rapport à d’autres activités ».

Les Lauriers seront rasés

Environ 150 lits seront conservés au Croisic. Avec leur personnel, les autres soignants suivront leurs services à Guérande. Le Croisic perd donc ses 25 lits en médecine et soins palliatifs, et ses 40 lits en soins de suite.
Concrètement, le bâtiment « Les Lauriers » sera démoli, aucune réaffectation dans le domaine médical n’étant possible. « On voyait mal y aménager une entreprise ou des bureaux dans l’enceinte d’un hôpital », précise le directeur. Il indique aussi que cet emplacement ne pouvait pas accueillir une maison médicale du type de celle qui sera créée prochainement à l’entrée de ville.
En contrepartie, le « Côte Sauvage » va être totalement réaménagé et un autre bâtiment mitoyen (ou une aile supplémentaire) sera construit. « Celui-ci possède une structure correcte. Mais on va le réhabiliter en supprimant les chambres à deux lits par exemple », ajoute-t-il. Ce nouveau bâtiment d’hébergement sera axé sur la prise en charge des pathologies liées au vieillissement et l’accueil des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et apparentées, comprenant 2 à 3 unités protégées. L’accueil du site sera également repensé pour le rendre plus agréable et ouvert sur le parc. Un investissement que le directeur justifie également pour de meilleures conditions de travail du personnel, soumis à « un environnement anxiogène ».
Le projet en est au seuil de la programmation avec deux cabinets, cahiers des charges en main, qui travaillent sur des propositions. Dans trois mois, le directoire lancera un appels d’offres pour retenir trois architectes. Enfin, les travaux estimés à 15-20 millions d’euros, financés par l’emprunt et quelques subventions, pourront débuter. « Nous espérons entrer dans les murs à la fin du premier trimestre 2013 », conclut le directeur.
À Guérande aussi, on se prépare à de nécessaires travaux. Lire aussi sur www.guerande-infos.net

Auteur : YD | 26/01/2011 | 7 commentaires
Article précédent : « Eric Mahé : « Ce qui me semble indispensable, c’est la réflexion » »
Article suivant : « Jacques Chrétien : « Nous voulons un débat sur la vente du patrimoine » »

Vos commentaires

#1 - Le 26 janvier 2011 à 14h15 par Clyde, Le Croisic
On note dans votre article la remarque suivante qui a du être dite lors de cette réunion.
"..PERSPECTIVES INQUIETANTES SUR L'EVOLUTION DE SA DEMOGRAPHIE, QUI CONSTRASTES NETTEMENT AVEC CELLES DE GUERANDE...."

On parle bien entendu de la baisse inquiétante de la population.

Mme le Maire ne croit peut être pas l'INSEE, mais croit, je l'espère le responsable de l'hopital et ses pompiers qui ont exprimé les mêmes problèmes.
#2 - Le 26 janvier 2011 à 18h53 par Clyde, Le Croisic
Avec l'arrêt de l'activité médecine et de convalescence à l'hopital du Croisic, disparait encore un service de proximité sur notre ville.
Encore plus de difficultés pour les personnes agées notamment, pour aller voir leur époux ou épouse en convalescence. Pour certains comment feront ils pour aller jusqu'a Guérande.
#3 - Le 27 janvier 2011 à 11h21 par Clara Bertillon, Le Croisic
Encore une mauvaise nouvelle pour Le Croisic!
Après les pompiers qui réclament des logements (sinon, il y a un vrai danger quant à l'avenir du centre de secours), nous apprenons la réorganisation de l'hôpital de proximité Guérande/Le Croisic.
Du fait des "perspectives inquiétantes sur l'évolution de la démographie au Croisic", nous allons perdre 65 lits et environ 30 soignants qui rejoindront Guérande.
Lors de la cérémonie des voeux, Mme le Maire s'est bien gardé de nous annoncer ces mauvaises nouvelles, préférant faire des effets d'annonce sur la vente des biens communaux afin de construire un Forum.
Quand, cette municipalité comprendra-t-elle qu'il est urgent de se préoccuper du développement économique de notre commune. Que fait le 1er adjoint qui en a la charge?
D'autre part, j'aurais aimé que le directeur nous explique pourquoi il n'était pas possible qu'une maison médicale s'implante sur le site de l'hôpital. C'est pourtant là, en centre ville, et proche des malades qu'est sa vraie place.
#4 - Le 28 janvier 2011 à 16h03 par Cyran
Je suis entièrement d'accord avec l'analyse de rigadeau (coquillage bivalve commun dénué d'encéphale). Le système de santé va mal en France, quand je pense au médiator commercialisé par le groupe Servier et distribué complaisament par les médecins... Leur silence est assourdissant.
#5 - Le 29 janvier 2011 à 10h13 par Palourde
L'hôpital du Croisic comprend jusqu'à ce jour deux types d'activité:
1°/Des activités soignantes:
-service de médecine pour traiter les maladies aigues
-soins palliatifs pour accompagner les personnes en fin de vie, ces deux services étant situés dans le bâtiment sans étage.
-service de SSR ou convalescence au 2° étage du bâtiment de la Côte Sauvage.
2°/des activités d'hébergement et de soins des personnes agées (long séjour et Etablissement d'Hébergement des Personnes Agées Dépendantes ou EHPAD) au 1° et 3° étages de la Côte Sauvage et à la Résidence des Lauriers (ancienne maison de retraite).
L'hôpital est le plus grand employeur du canton.
Mr le Directeur de l\'hôpital de la Presqu'île nous annonce que toute l\'activité soignante va partir à Guérande , qu'il va la remplacer par une extension de l'EHPAD et reconstruire la Maison de Retraite, sous le prétexte qu'il n'y a plus de médecins généralistes pour assurer les soins. Mais on pouvait les remplacer par des médecins salariés (PH), comme à Guérande.
C'est donc tout l'hôpital de proximité qui part, avec ses prises en charge de qualité à visage humain, son dynamisme, ses spécificités reconnues... et des emplois. L'hôpital du Croisic va donc devenir une grande maison de retraite.
Tout près de chez nous, lorsque les services de Pen-Bron ont été menacés, nous avons entendu les politiques se battre pour tenter de sauvegarder l'activité.
Me Quellard, siégeant déjà au CA de l'hôpital comme représentante de la ville du Croisic lors du précédent municipe, n'a pas réagit lorsque les services de direction et d'administration sont partis à Guérande. Elle n'a pas soutenu les soignants qui sollicitaient son aide, déjà inquiets pour l'avenir.
Aujourd'hui son silence à propos de l'hôpital est assourdissant.
Avec son équipe, elle nous dit qu'elle est droite dans ses escarpins, qu'elle est fière de son bilan.
En effet, en 3 ans, elle a confié la criée moribonde à Mr Leroux, donné les clefs du port de plaisance qui était rentable à la Turballe, elle vend notre patrimoine immobilier et laisse partir sans réagir l'âme vive de l'hôpital.
C'est le Croisic tout entier qui va devenir une vaste maison de retraite.
#6 - Le 06 février 2011 à 16h47 par arcroazig, Le Croisic
Puisque l'on va détruire la maison de retraite, il y aura du terrain de libre.
Vu la politique menée au CROISIC, et les courbes démographiques qui en découlent.
Le Croisic ne sera plus bientôt qu'une grande maison de retraite et le terrain libéré sur le site de l'Hôpital pourra être transformé en cimetière ou en crématorium.
Déjà 1100 personnes de plus de 70 ans sur 4000 habitants...
.
#7 - Le 07 février 2011 à 06h48 par Clyde, Le Croisic
Un article de presse du 22/01/2010 relate la cérémonie des voeux à l'hopital local intercommunal du CROISIC.
Mme le Maire dit notamment:

Elle présente l'hôpital comme un " ELEMENT ACTIF DE LA VIE ECONOMIQUE DE LA COMMUNE "

Donc un nouveau élément de la vie économique de notre commune va disparaitre en fermant la médecine et la convalescence.

Mme le Maire vous auriez pu en parler lors de votre cérémonie des voeux, à 3 semaines de l'annonce.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Audiences annuelles des sites du réseau Media-WebSalon Chocolat
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter