Le Croisic Infos

La Criée appelle au secours !

La criée du Croisic fait partie intégrante du site et de l'activité de la ville. Quelques chiffres : une centaine de patrons pêcheurs et 32 navires, en 2006 : 24 aujourd'hui !
La criée 4h du matin Photo J.Roch
La criée 4h du matin Photo J.Roch

Tous les bateaux de petite pêche qui travaillent entre Noirmoutier et le littoral sud Loire débarquent leur poisson à Pornic. Le dit-poisson est ensuite convoyé en camion frigorique jusqu'à la Criée, comme celui des bateaux de l'île de Houat Quiberon ou Saint-Nazaire. En 2006 toujours, elle est classée 18e sur 40 en valeur et 23e en tonnage.

Depuis toujours Le Croisic joue la carte de la qualité, les bateaux pratiquent des marées courtes ce qui  garanti la fraîcheur et la qualité optimale du poisson.

Mais depuis 4 ans, l'activité est pourtant déficitaire avec un trou de 200 000 € par an. Alors chacun essaie d'expliquer le phénomène : «  C'est la conjoncture qui nous fait souffrir, dit le comité local des pêches. C'est la baisse de la sortie de flotte, les quotas, les pertes en tonnage de poissons... ». La CCI gestionnaire de la Criée du Croisic se pose la question de savoir comment retravailler les maillons de la pêche pour assurer un bon équilibre financier de l'activité pêche du Croisic et de La Turballe.

En mai 2009, à la demande des marins, la Mairie décide de lancer une étude pour déterminer si la Criée peut avec des moyens de fonctionnement adaptés continuer à être présente sur la commune. La mise en place d'un point de vente régional semble inéluctable. La Turballe est citée, mais est-elle au mieux de sa forme ?

La criée 4h du matin Photo J.Roch
La criée 4h du matin Photo J.Roch

Les verts disent : «  La CCI doit cesser de raisonner en prenant principalement en compte les chalutiers du + de 16 m armés pour la pêche au large «  et proposent, «  Les 7 chaluteirs du large du Croisic peuvent peut-être débarquer leur pêche à La Turballe et les 25 côteiers continuer sur le Croisic ? » A savoir que les marins pêcheurs, les croisicais et les verts de la presqu'île sont opposés à toute décision qui aurait pour conséquence la disparition de l'activité pêche au Croisic.

Le comité local de pêche est intransigeant : «  Nous nous batttrons pour le maintien de la flottille aux bords de nos quais... Le conseil général a affirmé vouloir maintenir l'existence de deux ports de pêche en Loire-Atlantique. Aux dernières nouvelles, Bruno Hug de Larauze, président de la chambre de commerce gestionnaire des installations donne le chiffre d'une perte de 30 000 € par mois maintenant au lieu de 200 000 € par an il y a  deux mois ? Pourquoi une telle différence en quelques mois ? La création de centres de marées à Nantes ou en Vendée est en cours de réflexion, ainsi que la fusion La Turballe/ Le Croisic, mais ça c'est sans compter sur les personnalités des pêcheurs...
 

Auteur : Caroline Mahé | 11/12/2009 | 3 commentaires
Article précédent : « Je prends ta criée, mais tu me donnes ta plaisance. »
Article suivant : « L’hôpital du Croisic dépouillé au profit de Guérande »

Vos commentaires

#1 - Le 14 janvier 2010 à 11h20 par rollando, Le Croisic
Le maintien de la flottille aux bords des quais du Croisic juste pour le folklore et les touristes...c'est un peu court !

Et s'il faut pour plus de réalité, remettre la "nouvelle criée" en état de marche, en sachant qu'elle sera déficitaire (comme toutes les petites criées de tonnage en dessous de 2000 tonnes et de valeur débarquée inférieure à 12000 milliers d'euros) c'est payer cher pour une évidente faillite à court terme !

Quand va-t-on sortir de cet enlisement ?

Au comité des pêches comme à la coop, les femmes de pêcheurs annoncent que la pêche au Croisic se porte très bien, que la dernière saison est excellente et que tout va très bien (air connu)

Et les pêcheurs qu' en disent-ils ?
#2 - Le 28 janvier 2010 à 13h39 par cyrano
Belle déclaration, il ne vous reste plus qu'à le dire publiquement, rien à redire, il ne vous manque rien. Ah si, du courage. Et puis, comment savez-vous qu'elle sera déficitaire ? C'est sûr qu'avec les imputations des frais de gestion des autres criée, la CCI compliquait les comptes d'exploitation de la criée du croisic. Et puis, les familles des marins, c'est pas grave pour vous, ce sont pertes et profits. La Turballe perd 480 000 euros par an, et pas un mot, Le Croisic perd 280 000, et les passions se déchainent. Je suis sûr que vous faites parti des éternels raleurs lorsque la dernière poissonnerie du Croisic a fermé.
#3 - Le 29 janvier 2010 à 16h20 par Fleur de lotus
Vraiment Rollando, je suis soucieux pour ton équilibre personnel. Une fois, tu dis "tout le monde, il est beau, tout le monde il est gentil (le 16/01/2010 à 10h24). Deux jours après (14/01/2010 à 11h20) tu dis que les femmes des pêcheurs sont rop optimistes et tu voudrais bien savoir ce qu'en pensent leurs maris. Le 8 janvier à 15h59, tu insinues que la maire est une hypocrite dénuée d'humour. Ca y est, j'ai compris ! Non seulement tu dois être masochiste mais en plus tu es mysogine. Si, si ! Relis bien ce que tu as écrit : tu ne critiques que les les femmes et tu attends des hommes qu'ils agissent en sauveurs. Ton cas est bien plus grave que je ne le pensais. Il faut absoluement que tu fasses un travail sur toi. Tu dois être très malheureux et tu as besoin d'aide. Dès que mon gourpe de réflexion est prêt à exercer ses activités, je te fais signe. Rejoins-nous. Il en va de ton karma.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter