Le Croisic Infos

La gauche batzienne met son grain de sel

Rencontre avec Annette Bolo, Bernard Bolo et Jean-Luc Favreau membres de l’association d’opposition Batz Citoyenneté Solidarité. Le trio revient sur quelques projets de la ville et donne son avis.
Annette Bolo, Jean-Luc Favreau avec Bernard Bolo, président de l’association Batz Citoyenneté Solidarité.
Annette Bolo, Jean-Luc Favreau avec Bernard Bolo, président de l’association Batz Citoyenneté Solidarité.

L’association Batz Citoyenneté Solidarité est ce qui se rapproche le plus d’une opposition même si aucun de ses membres n’est au conseil municipal. Ce n’est pas faute d’avoir fait un bon score aux dernières élections : « Nous avons eu 45 à 46 % des voix mais aucun de nous n’est élu à cause de la loi. C’est un fait. Le reproche c’est qu’il n’est pas interdit de suspendre une séance du conseil municipal ou de créer des groupes de travail. Il y a la loi d’un côté et leur volonté de l’autre », commence Jean-Luc Favreau. Annette Bolo renchérit, « il y a une absence de démocratie locale flagrante : nous n’avons aucun moyen de donner notre avis sur la politique locale. Madame le Maire va dire qu’elle fait des réunions, mais pour informer des décisions prises, ce n’est pas ce que j’appelle dialoguer ! »

Maison de retraite
Pour Bernard Bolo, « On entend parler depuis longtemps d’une maison de retraite : à chaque réunion Madame le Maire annonce qu’elle va être faite, mais le terrain n’est même pas acheté ! ». Les membres de Batz Citoyenneté Solidarité n’ont pas de réserve sur le bien fondé du projet mais sur la localisation et le coût d’une structure privée. « Je pense qu’il serait mieux de la faire dans la ZAC de la Pigeonnière, ce serait plus pratique. Il sera géré par un organisme privé, quels tarifs pratiquera-t-il ? Et quel type de population pourra s’y installer ? », Se demande Jean-Luc Favreau. En effet, les maisons de retraite de type Maison d’Accueil pour Personnes Âgées (MAPA) sont à but non lucratif et les pensionnaires sont en priorité des membres du canton. Les maisons de retraite privées choisissent leurs pensionnaires et sont beaucoup plus onéreuses.

Peu de logements abordables
L’UMP a une politique cohérente sur la côte car elle concerne des gens d’un certain âge avec des revenus confortables. Batz Citoyenneté Solidarité, en la personne d’Annette Bolo, regrette « l’important gaspillage financier des travaux qui ont souvent eu des dossiers mal montés et élitistes ». Les logements sont très onéreux sur la commune, ce qui fait que les jeunes et les personnes ayant de modestes revenus ne peuvent pas y habiter. « Nous voulons que tout le monde puisse habiter à Batz-sur-Mer. À terme, la mairie va s’en mordre les doigts. L’hôtellerie, le bâtiment et les services à la personne sont des métiers qui sont, ou vont être en demande, mais ils ne rapportent pas beaucoup d’argent. Ils ne pourront pas habiter à Batz », Jean-Luc Favreau.

La ZAC de la Pigeonnière

C’est un projet qui leur tient à cœur car il est créateur de logements, point décisif qui a limité l’opposition de l’association au projet. Annette Bolo trouve tout de même qu’ils auraient pu faire plus de logements sociaux : « seulement 10 sur les 120 logements prévus. C’est étonnant car il y a une vraie demande, entre autres, de la part des jeunes. C’est Ataraxia qui va aménager la ZAC et ils vont faire ce qu’ils veulent ». Quant à lui, Bernard Bolo s’étonne de la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) votée par le conseil municipal le 24 septembre 2010. « La mairie avait promis de ne pas exproprier les habitants, mais elle s’est rendu compte que ce n’était pas possible. Elle aurait dû s’y préparer dès le début ».

Le restaurant scolaire
« Nous ne sommes pas contre qu’il soit refait mais la mairie a pris des décisions qui ne plaisent pas aux parents d’élèves : le projet de salle de repos a été oublié et le choix de la restauration importée au lieu d’être faite sur place. Le restaurant sera très beau, mais ils auraient pu faire moins cher et avec une meilleure nourriture pour les enfants », précise Annette Bolo. La salle de repos était un projet que l’ancienne municipalité n’a pas eu le temps de réaliser. Jean-Luc Favreau conclut qu’« il y a bien eu un début de concertation mais la mairie n’en a malheureusement pas tenu compte ».

http://batz.citoyennete.free.fr/

Auteur : AP | 15/02/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Batz : les chantiers vont truffer la ville »
Article suivant : « 73 euros de plus pour la taxe d'habitation de chaque foyer batzien »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter