Le Croisic Infos

La Ville distingue trois jeunes Croisicaises et affiche une ambition de « politique durable de développement »

Michèle Quellard a présenté les voeux de la Municipalité devant un public nombreux à l'ancienne criée ce lundi soir.
Clotilde Lacroix, Léa Blanchard et Caroline Letellier recoivent la médaille de la Ville
Clotilde Lacroix, Léa Blanchard et Caroline Letellier recoivent la médaille de la Ville

Le maire du Croisic a tenu à ouvrir la cérémonie en soulignant « un acte de bravoure ».
Elle a appelé Clotilde Lacroix, Léa Blanchard et Caroline Letellier pour avoir secouru « un baigneur en péril » à Port Lin l'été dernier. Elle leur a remis la médaille de la Ville sous les applaudissements du public.

Au Croisic, encore paré de ses décorations lumineuses des fêtes de fin de fin d'année, près de 400 personnes s'étaient déplacées pour les vœux à la population. Comme dans les concerts, qui debout qui assis, tous ont écouté les voeux du maire, Michèle Quellard - du président de Cap Atlantique Yves Métaireau - du conseiller général Christian Canonne qui a rappelé avec beaucoup d'émotion que c'étaient ses 13es et derniers voeux puisqu'il a décidé de ne pas se représenter aux prochaines élections départementales. Danielle Rival était présente, la précédente maire de Batz-sur-Mer, intervenait comme conseillère régionale et enfin Christophe Priou comme député, « mais plus maire » a-t-il corrigé avec humour. Tous ont fait part de leur détermination à soutenir Michèle Quellard pour maintenir le TGV jusqu'au Croisic et insisté sur l'importance de la proximité d'une maison de retraite publique.

Sur la haute estrade très décorée, et derrière son grand pupitre noir, Michèle Quellard de bleu vêtue, a rappelé avec détermination « l'ambition d'ancrer résolument le Croisic dans la modernité, d'en faire une ville dynamique », « d'en préserver l'authenticité » et d'améliorer la qualité de vie des Coisicais en cherchant pour chaque projet « l'équilibre et la cohérence » entre « économie, social, et écologie». Soit, pour le maire « une politique durable de développement ».

Puis le maire a rappelé les réalisations de 2014, et confirmé avec un brin de malice la suppression progressive « de cinq dos-d’ânes » au profit de « trois plateaux nécessaires pour assurer la sécurité des piétons et des deux roues ». (Rires dans la salle, le sujet de campagne fait toujours recette).

Pour l'année à venir la rue Aristide Briand sera en réfection à partir de septembre. Du rond-point d'entrée de ville jusqu'à la gare les réseaux aériens seront enfouis, des bandes cyclables créées ainsi que des trottoirs. Un parking auto de quarante places environ sera aménagé le long de la gare. Les travaux de rénovation de cellle-ci ont débuté (par Réseau Ferré de France). Le Mont-Esprit sera remodelé, (plantations, élagages, nouveau mobilier).
Passant au patrimoine bâti, Michèle Quellard s'est félicitée du succès de la galerie Chapleau qui ne doit pas être « un musée poussière » et soutient la coopération avec d'autres structures (Musée des marais salants, villa Boesh) et la tenue de « cafés » ou de conférences.
L'église est en cours de rénovation, les vitraux fragilisés seront réparés et l'édifice va rouvrir son portail nord. La Société des Amis du Croisic pourra ouvrir une maison du patrimoine dans la longère proche de la halle des sports.

Quant à la salle Jeanne d'Arc « le défi sera d'imaginer une salle polyvalente à dominante culturelle ». L'inauguration est prévue fin 2017. Occasion pour le maire de saluer « la vigilance sur l'utilisation des fonds publics » de son premier adjoint, qui comme Yves Métaireau a la réputation d'être économe. Ce dernier s'étant fait gentillement chambrer pour avoir utilisé le mot « chers » pour désigner ses collègues.
De la vente de l'hôtel d'Aiguillon, il n'a pas été question, les Croisicais devront encore attendre pour savoir si l'acquéreur en veut...ou pas.

Le maire tient à préparer la ville « pour nos enfants et nos petits enfants » : qualité des eaux, évolution du quartier de La Ladure. Il s'agit de « revitaliser », « rationaliser les espaces », et « déployer le cœur de ville jusqu'à la salle Jeanne d'Arc ».

Pas de Lauriers et « Débrouillez-vous !»

Logement, mixité sociale, la célèbre formule « mieux vivre ensemble » est aussi à la mode au Croisic. 34 lots ont été attribués sur les 42 disponibles dans le lotissement du Puigaudeau. Le Croisic dispose de 255 logements sociaux soit un peu plus de 10 %. Espace domicile construira 29 appartements et 11 maisons soit quarante logements en habitat passif. La Ville se dit volontaire pour économiser l'énergie et espère réduire de 25 %  la consommation de gaz du groupe scolaire.
Concernant les écoliers, 74 % participent aux temps d'activité périscolaires. Le maire remercie tous les intervenants pour leur investissement.
Poursuivant dans le chapitre social et santé, au Croisic « plus de 13 000 repas sont portés à domicile », la maison pluridisciplinaire de santé « participe à la qualité de vie du Croisic, et fait ses preuves », petit coup de patte en passant à ceux qui « avaient décrié le projet».

Mais l'Agence Régionale de Santé refuse la reconstruction de la résidence des Lauriers, sa recommandation résumée par Michèle Quellard : « débrouillez-vous ! ». Le maire compte bien continuer à ferrailler pour sauver la maison de retraite « comme je l'ai fait pour la criée », aidée de ses collègues maires de Guérande et Batz-sur-mer.

Michèle Quellard conclura, réitérant ses vœux, « tout reste perfectible et critiquable, mais je crois pouvoir dire que nous avons de la chance de vivre au Croisic.

La réunion s'est poursuivie autour des longs buffets généreusement chargés de canapés et petits fours très appréciés par les nombreux gourmets.

Bientôt les décorations de Noël seront décrochées, plus de lumières dans les arbres, finis les jus de fruits sucrés et les cocktails colorés, il faudra revenir aux échanges acides et aux remarques amères autour de la table du conseil entre majorité et opposition car des voeux d'apaisement n'ont pas été formulés.


 

Auteur : LY | 06/01/2015 | 1 commentaire
Article précédent : « Charlie Hebdo : marche dimanche »
Article suivant : « Le Croisic Les TGV à l'arrivée mais la maison de retraite au départ »

Vos commentaires

#1 - Le 12 janvier 2015 à 10h40 par JEAN-MARIE GASCOIN, Le Croisic
« l'ambition d'ancrer résolument le Croisic dans la modernité, d'en faire une ville dynamique »

Mais rien dans les vœux qui ne permette d'entrevoir un quelconque dynamisme au profit de l'emploi au Croisic.
Notre cité confirme sa vocation grandissante de village dortoir en plus de sa réputation de station balnéaire.

De l'autre côté de la baie du Croisic, la SEM présente les projets à 5 ans pour le port de La Turballe qui semble tout rafler en termes d'opportunités de développement.
Si la maintenance du futur parc Eolien est dévolue à La Turballe, pourquoi ne pas accorder au Croisic l'activité maritime touristique prévue autour de ce futur parc ?
Ce serait une opportunité, pour notre commune, de profiter d'une partie de la dynamique économique que va engendrer ce projet pour la région.
A côté de cela, nous prévoyons, au Croisic, de refaire quelques plantations sur le mont Esprit. La belle affaire...
Le Croisic dynamique... où, comment ?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter