Le Croisic Infos

Le cercle celtique « Korollerien ar Mor » un peu à l’étroit dans son costume

À l’image de la culture bretonne en pays Ligérien, le cercle celtique croisicais, « Korollerien Ar Mor » est en plein essor. Crée en 1969, le groupe de musiciens et danseurs est issu d’une longue tradition où l’expérience se met au service de la jeunesse et du renouveau des programmes. Aussi, le cercle se sent poussé des ailes et aspire à donner des représentations dans des secteurs géographiques plus éloignés. Mais, dans sa salle de Pen-Avel, la présidente Martine Alcon manque d’espace et cela contraint le cercle dans son développement, l’accueil de nouveaux adhérents, et la répétition de certaines danses.

Les 45 adhérents se retrouvent tous les samedis, à la salle du lavoir à Pen-Avel, pour les répétitions, de 16 h 00 à 17 h 00 pour les enfants, et de 17 h 00 à 19 h 00 pour les adultes. L’accueil des enfants commence à 3-4 ans avec des séances d’initiation à la danse bretonne. Les « korollerien ar Mor » mettent à leur répertoire les danses du Pays nantais, de la Presqu’île de Guérande et de la Basse-Bretagne. Le cercle, c’est aussi un ensemble de huit musiciens : bombarde, guitare, flûte, accordéon diatonique, flûte traversière, violon, harpe et percussions.

Le cercle est un incontournable des fêtes folkloriques de la région. La prochaine saison, les spectateurs pourront encore les applaudir au Festival Anne de Bretagne qui se déroulera le 19 juin à Herbignac. Ils animeront également les incontournables rendez-vous de l’été au Croisic (fête de la mer, fêtes des vieux métiers de la mer, etc). A noter, une participation au festival des enfants à Ancenis, le 15 mai, avec tous les petits de la Fédération War’Leur 44. Autre grand moment : un voyage en Allemagne, à Laufenburg, est prévu pour Pâques. « On a des envies d’ailleurs, pour voir un peu ce qui s’y passe. Au Croisic, on a un peu fait le tour, c’est difficile de se renouveler », ajoute Martine Alcon. Bien entendu, les cachets et les subventions servent à acheter les superbes costumes et coiffes, et investir dans du matériel ou instruments de musique.

Dans son programme artistique, le cercle réussit également avec bonheur à sortir des sentiers battus. « On essaie de trouver un thème différent chaque saison, de changer les danses et d’inventer des chorégraphies. C’est de l’évolutif, il faut mélanger les cultures et les traditions. Car si la tradition n’évolue pas, alors je pense qu’elle sera condamnée à mourir », explique la présidente. L’ambiance est excellente au sein du cercle, toutefois, la présidente, qui dirige également les répétitions, aimerait un peu de soutien dans l’encadrement et l’apprentissage. « Pour ce qui est de la participation, on accepte les idées de tous nos adhérents », ajoute-t-elle.

Reste le problème du local qui n’est plus approprié à la taille du groupe de danseurs. Trop petit pour accueillir de nouveaux, et surtout mal agencé (avec un gros pilier au milieu de la pièce) pour espérer maîtriser certaines danses. Une discussion sera nécessaire avec la municipalité pour résoudre ce problème qui bride les ambitions et le développement des « Korollerien ar Mor ».

Toutes les personnes intéressées sont chaleureusement invitées à se rendre à la salle lors des répétitions. Les « Korollerien ar Mor » sont également sur Facebook à la page « Cercle celtique du Croisic ».

Auteur : Yoann Daniel | 22/10/2010 | 1 commentaire
Article précédent : « 150 marcheurs ont suivi le goémonier jusqu’à la plage de Castouillet »
Article suivant : « Un vide-greniers noir de monde pour l’Amicale Laïque  »

Vos commentaires

#1 - Le 23 octobre 2010 à 13h52 par Chauvel thierry, Triganc
Excellent article !
et je confirme que la salle n'est pas vraiment adaptée pour cette activitée malgrés sont superbe point de vue !lol

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter