Le Croisic Infos

Le Croisic Solidaire bataille pour les élections présidentielles

Patrick Hamon venant d’annoncer sa démission, le conseil municipal attend son remplaçant. Qui de Bernadette Couy ou Bernard Cambier prendra sa place ? L’association du Croisic Solidaire va continuer de fédérer les divers gauches pour créer une opposition au conseil municipal.

En réponse à un récent commentaire publié sur le site du croisic-infos, Joel Faou souligne que « la gauche n’est pas si moribonde que ça, preuve en est du score fait par la gauche au primaire socialiste ». En effet, aux primaires la gauche a fait un score équivalent à celui du national, preuve en est qu’il y a des sympathisants dans cette commune historiquement à droite.

Un peu d’histoire

Aux dernières élections, la gauche avait notamment marqué son empreinte par l’élaboration d’un plan d’action : 52 propositions avaient été retenues pour lesquelles 27 % des Croisicais inscrits avaient voté. En combat singulier, (gauche contre droite), la gauche aurait sûrement récolté 45 % des votes. Or le fait qu’il y ait eu deux listes de droite a affaibli la gauche croisicaise.
Face à ce constat, un des reproches fait aujourd’hui à Michèle Quellard, c’est la gestion autocratique de la municipalité. Élue avec 33 % des votes aux dernières municipales, l’association considère qu’ « une personne qui n’est pas élue avec la moitié des citoyens ne peut pas parler au nom de tous. Les décisions importantes par exemple comme la vente du patrimoine croisicais devraient passer par un référendum ». Une situation autoritaire que dénoncent les deux autres oppositions à la majorité municipale.
Et pourtant, loin de l’association l’idée de briguer un mandat en 2014. Comme le souligne l’équipe, la commune est une ville historiquement à droite, « nous ne sommes pas tellement partants pour une histoire à trois listes une nouvelle fois d’ici à 2014, pas sûr que les énergies soient encore là ». Aujourd’hui, Le Croisic Solidaire travaille surtout pour que la gauche gagne aux élections présidentielles et aux législatives. Comme le souligne Joël Faou « une victoire de la gauche permettra peut être de redistribuer quelques cartes » et s’amuse de dire « Si les Croisicais votent à plus de 50 % pour Hollande, on pourra peut être espérer prendre la mairie en 2014 ! ».
 

Le militantisme en berne

En toile de fond de cette démarche apparaît un problème majeur que rencontre le parti d’opposition au Croisic : l’essoufflement du militantisme. Nombreux sont les engagés, les sympathisants mais peu veulent devenir militants et têtes de listes. Pourtant plusieurs Croisicais ont été approchés, mais sans succès. À la question « ne serait-ce pas le manque de jeunes au Croisic qui finalement impacterait ? », Bernard Cambier répond « les jeunes ne sont pas forcément de gauche, les jeunes Croisicais ne sont pas très militants. Pour un premier mandat de toute façon, il faudrait quelqu’un d’une quarantaine d’années, et les Croisicais ne sont pas plus motivés que ça ».
Certains de l’équipe, comme le Président, n’exclut pas « selon le panel des listes et s’il y a plusieurs droites, d’aider une liste de droite, soutenir peut-être plutôt celle qui est « apolitique » ». Un point de vue avec lequel Patrick Hamon ne s’accorde pas. Joël Faou s’explique « Personnellement, je ne trouverai pas suffisamment de ressort pour aller au combat pour une troisième liste. Selon moi, et je sais que Patrick n’est pas d’accord avec moi, il vaut mieux être dans la majorité d’une commune où l'on n'aura pas le pouvoir plutôt qu’absent du débat politique ». À y voir de plus près, la droite n’a finalement pas le monopole de l’ouverture !

L’écologie : une force active mais apolitique

En abordant le sujet de l’écologie, on constate que les verts sont peu nombreux dans les partis croisicais. Essentiellement représentés par l’association DECOS, dont Joseph Juret est le Président, ils ne sont cependant pas un parti politique. Peut-être l’association Le Croisic Solidaire devrait-elle engager un dialogue d’ici à 2014 ? Comme le souligne Patrick Hamon « Il y a toute une équipe de Verts extrêmement active sur le Plan Local de l’Urbanisme, la protection de l’environnement, des fonds marins… Mais ils sont un peu utopiques sur la prospective du Croisic. C’est là que nous divergeons ». Une manière d’expliquer que leur engagement environnemental n’est pas un engagement politique. Pourtant, Le Croisic Solidaire avait soutenu une de leur proposition de faire le dimanche sur les quais sans voiture. Comme le répète Joel Faou « Il n’y a pas de forces vertes encartées au Croisic, on aimerait bien pourtant parce qu’ils bossent bien ; mais sur certains points on n'est pas sur les mêmes ondes ».

L’emploi : fer de lance

Le fossé se creuse entre l’environnement et la prospective économique. Selon l’association, si on confine Le Croisic dans un lieu de détente pour que ça devienne une marina de riches, il n’y aura pas d’emploi de jeunes. L’emploi reste un des chevaux de bataille de la gauche croisicaise.
« Ils ne font pas grand-chose pour développer l’emploi. Pourquoi la pêche n’est-elle pas labellisée ? Pourquoi n’y a-t-il pas une petite usine de transformation du poisson au Croisic ? La pêche croisicaise est pourtant reconnue » comme l’explique Joel Faou. On peut s’interroger, effectivement, de la volonté politique quand les paludiers ont réussi à imposer une AOC sur le sel de Guérande, alors que les Croisicais n’ont pas fait évoluer leur pêche.
Point de convergence avec la municipalité en place, l’association reconnait que « la Mairie a fait son travail de sauvetage de la criée. Un peu tard certes mais elle a le mérite d’être passé à l’action à l’inverse de l’ancien maire Christophe Priou ». Une criée surtout sauvée par l’apport financier du Conseil Général, qui transforme comme par miracle un problème de fond en une économie rentable. Une preuve de laxisme des municipalités successives comme l’explique Joel Faou qui s’est traduite par un réveil de l’équipe de Michèle Quellard et une demande d’aide auprès du Conseil Général, dernier recours de sauvetage. « Nous, nous sommes ravis que la criée aille mieux et que les chiffres d’affaires augmentent, ce qu’on reproche c’est que cela aurait pu être fait avant. On a l’impression que l’on traite que du confort des habitants mais pas de projets d’avenir ».
 

Culture : un manque de politique

Une situation similaire à l’Hôtel d’Aiguillon, sans entretien pendant 20 ans, qui, s’il avait été entretenu par les services de la ville, tous les ans ou tous les deux ans, ne serait pas dans une situation désastreuse. Peut-être également que la municipalité ne serait pas obligée de vendre à un privé pour sauver son patrimoine historique. À ce sujet, Bernard Cambier, faisant partie de la Commission Patrimoine, a proposé de faire un bail emphytéotique qui permettrait d'assurer la mise en valeur du patrimoine sans en supporter les charges de restauration.
À la question du bilan de mi-mandat, pour l’opposition, Patrick Hamon répond que « l’année 2011 est une année perdue, notamment par les déclarations fracassantes de Michèle Quellard sur la vente du patrimoine, la criée qui semble loin d’eau mais qui n’est pas sauvée, la vente des locaux du CCAS alors que nous sommes dans une commune qui manque de salles... Si le bilan s’arrête à l’achat des cinq hectares, que je trouve être une bonne opération, ce n'est pas grand-chose ».
Un point que l’association regrette également aujourd’hui, c’est le manque de politique culturelle. « On n'était pas toujours d’accord avec Mickaël Gauthier mais il a fait des choses importantes durant ces deux ans, sans concertation certes, mais elles restent bien. Aujourd’hui, nous ne sommes pas contents car il n’y a personne pour le remplacer alors qu’il y a de nombreuses manifestations. C’est Madame Quellard qui s’en occupe seule ! »
À venir, le plan de circulation au Croisic risque d’être un dossier délicat. Reste à espérer que la population croisicaise soit concertée, dans un souci de démocratie participative, et que la situation ne soit pas similaire à celle du Forum, projet aujourd’hui en stand-by.
Quant à Patrick Hamon, il envisage de continuer ses actions militantes à côté de Concarneau. Néanmoins, il lui semble un peu juste de se faire connaître en deux ans pour intégrer une autre municipalité. Il préfère reprendre le bateau, activité dont il aura tout le loisir…

Auteur : SD | 01/12/2011 | 9 commentaires
Article précédent : « Droit de réponse : la mairie de Croisic rectifie »
Article suivant : « Conseil Municipal : la solidarité de l’opposition s’étiole »

Vos commentaires

#1 - Le 02 décembre 2011 à 08h03 par Peppone, Le Croisic
Monsieur Faou par ses positions ouvre une piste d'action intéressante pour "faciliter" la conquête de la mairie par la création d'une liste apolitique ( démocratique et républicaine ) pour en finir avec les douces revêries de l'équipe (?) actuelle.
#2 - Le 04 décembre 2011 à 20h16 par Florence Demé, Le Croisic
"Bernard Cambier répond « les jeunes ne sont pas forcément de gauche, les jeunes Croisicais ne sont pas très militants. Pour un premier mandat de toute façon, il faudrait quelqu’un d’une quarantaine d’années, et les Croisicais ne sont pas plus motivés que ça »."

Est-il besoin d'être militant pour conduire ou faire parti d'un liste ?

Les jeunes ne sont pas très motivés ?

Ne vous êtes-vous pas posé la question : pourquoi ?

Jeune ou moins jeune, quand nous entendons les débats stériles provoqués,suscités, par les décisions prises par la majorité ; à force de lire les commentaires signés par des anonymes, il y a de quoi démoraliser les plus motivés.
Personne, n'a envie d'être constamment envoyé dans le mur.
Il y a de quoi être refroidi et réfléchir à deux fois.

Bien sûr, il faut débattre : démocratie oblige ; mais de façon constructive, et non anomyme (comme sur ce forum)

Il me semble qu'au sein de l'équipe actuelle il y a eu des jeunes et il en reste encore...


"Aujourd’hui, nous ne sommes pas contents car il n’y a personne pour le remplacer alors qu’il y a de nombreuses manifestations. C’est Madame Quellard qui s’en occupe seule ! »"

... vous reconnaissez le bon travail de Mickaël Gauthier, mais vous le tacler quand même...et encore... ! Quelle tristesse...
#3 - Le 05 décembre 2011 à 11h20 par POYROUX Serge, Le Croisic
Les propos de M. Faou n'engagent que lui, l'association "Le Croisic Solidaire" n'ayant pas encore étudié les perspectives de la future élection municipale. Aller faire de la figuration sur une liste prétendue apolitique me semble une désertion plutôt qu'une volonté de présence. La présence d'élus de gauche, élus EN TANT QUE TELS, est plus efficace, donc plus porteuse d'avenir, le passé en témoigne. Dire que Le Croisic est "historiquement à droite", c'est la même chose que dire en 1789 que la France est historiquement royaliste: c'est vrai, mais dans un cas comme dans l'autre, ça peut changer.
#4 - Le 05 décembre 2011 à 11h48 par Rascal, Le Croisic
Encore une critique des anonymes. lorsque vous votez aux élections n'est ce pas de façon anonyme? L'anonymat permet à tout un chacun de pourvoir s'exprimer ce qui est impossible surtout au Croisic sans recevoir une bordée d'invective ou avoir droit aux regards noirs de ceux qui ne sont pas de votre avis.
N’utilisons pas le mot "démocratie" pour tout et rien, c'est un mot noble inconnu au Croisic et banni par l'actuel municipe qui exige que l'on soit d'accord avec lui.
Je n'ai pas d'affinité particulière avec "Le Croisic Solidaire" mais au moins, avec eux, on peut discuter sans avoir droit à une mauvaise figure ou a des jugements iniques.
J'en profite pour dénoncer l'esprit sectaire de certains dans le débat jeunes/vieux.
Il y a longtemps que les "logements pour jeunes" existeraient au Croisic si....
Je continue d'en profiter pour saluer les responsables impartiaux (pour moi et j'en ai le droit) de ce forum pour le plus grand déplaisir des détracteurs de ce site.
#5 - Le 06 décembre 2011 à 08h58 par l'exilé, Le Croisic
merci Rascal! recevez en retour mes amitiés .Ecrire ce que l'on pense anonymement c'est se mettre ds un isoloir.Bientôt au Croisic en n'en mettra plus !!!!!!!!!
#6 - Le 06 décembre 2011 à 15h32 par Bernard CAMBIER, Le Croisic
La question de la journaliste portait sur la relève par la jeunesse des membres de notre association. Il manque une partie de ma réponse sur l’engagement des jeunes dans la vie municipale, j’ajoutais à ce propos « que les jeunes ne sont pas tous et systématiquement de gauche » au fait que les jeunes ont déjà beaucoup de difficultés à gérer le quotidien de leur jeune vie d’actifs, telle qu’elle est, (travail, logement) . Ils ne sont pas motivés pour s’engager dans les responsabilités de la vie municipale qui nécessite, soit un militantisme à toute épreuve, comme Patrick HAMON (qui quitte notre ville), soit par un très fort engagement. C’est un constat et je le regrette.

Si vous avez l’occasion de consulter le blog animé par l’association « Le Croisic Solidaire » http://croisic.solidaire.over-blog.com/, vous constaterez que nous avons toujours signé nos textes soit au nom du groupe soit au nom du rédacteur.
Vous découvrirez aussi que La gauche Croisicaise n’est pas « en déconfiture » car lors des élections « primaires socialiste » le pourcentage de votants a été sensiblement le même que la moyenne nationale, sans compter les communistes, les verts et mouvement des radicaux de gauches qui avaient organisé des primaires internes. Ensemble, nous maintenons les 32 propositions que nous avions élaborées lors de la campagne municipale 2008, qui sont toujours d’actualité, et qui serviront de base à notre future plateforme 2014.
Il est donc faux (comme nous pouvons le lire dans certaines gazettes !) d’affirmer que nous critiquons sans propositions.
Enfin, notre avis sur la culture au Croisic est connu, nous avons toujours su en reconnaitre les qualités, mais nous estimons qu’une ville comme la notre, mérite « un adjoint titulaire à la culture », poste qui a été supprimé au départ de Mickaël Gauthier, quelque soit la bonne volonté de celles et ceux, en particulier Geoffrey Bénigué qui exercent ce poste par défaut actuellement.
#7 - Le 19 décembre 2011 à 12h21 par lehmann, Le Croisic
d'accord avec Bernard Cambier qui livre une analyse sur l'engagement des jeunes, d'accord aussi pour reconnaître et c'est une évidence que la gauche locale n'est dans la déconfiture et qu'elle est fidèle à ses fondamentaux respectables. La gauche joue parfaitement son rôle d'opposant, elle le fait, elle, dans le respect des individus qui ne partagent pas ses thèses contrairement à d'autres qui ne véhiculent des critiques visant l'intégrité des élus de la majorité et se nourrisent de polémiques sans rien proposer. respect à la gauche et à patrick Hamon, homme droit et honnête qui ne s'est jamais économisé pour défendre les intérêts de la communauté
#8 - Le 19 décembre 2011 à 23h17 par l'exilé, Le Croisic
a quand votre adhésion à gauche?????? et un tour de girouette.........et pourquoi pas journaliste à l'huma !!!!!
#9 - Le 20 décembre 2011 à 07h50 par Antoine, Le Croisic
Lehmann est le mieux placé pour distribuer de certificats portant sur le label "origine croisicais" quand il s'attaque aux "pseudo croisicais moisis" locaux; sacrée langue d'aspic.
Il défend les intérêts de la communauté en prestataire zélé de services extérieurs de la mairie et contribue en outre, aux économies budgétaires municipales.
Il écrit souvent ici maintenant qu'il a plus de temps libre ! On va en souffrir...

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter