Le Croisic Infos

Les bonnes feuilles du salon du livre « Plumes d’Équinoxe »

La 13e édition du salon du livre « Plumes d’Équinoxe » n’a pas à rougir de la comparaison avec la multitude d’événements nationaux autour de la rentrée littéraire. Organisé par la municipalité, sous la houlette de l’adjoint à la culture, Mickaël Gauthier, en partenariat avec l’association « Art et Balises » et la participation de nombreuses associations culturelles locales, le salon séduit par sa qualité et sa proximité. De Nathalie de Broc et Yann Quéffelec, au Kurun et à la Société des Amis du Croisic, il parcourt à livre ouvert un large spectre. Et de 7 à 97 ans, la lecture, ce petit plaisir solitaire, s’est partagée avec passion dans l’enceinte de l’ancienne criée.
Andrée Boivin
Andrée Boivin

Quel cadre mieux indiqué que ce petit bout de port croisicais pour embarquer pour les voyages de l'âme par la lecture ? Pendant deux jours, les nombreux visiteurs ont levé « l’encre », guidés par des auteurs très disponibles. « Art et Balises » a posé quelques « phares », « histoires » de ne pas se perdre, et pour ressentir la vague, le lecteur a pu prolonger son bonheur en montant à bord du bateau « Le Kurun ». Le livre est vivant, c’est ce qui « imprime » les esprits en tournant les pages de Plumes d’Équinoxe. Les ouvrages sont incarnés par des auteurs, ils sont imprégnés de mémoires d’ici et d’ailleurs, et le récit, thème de cette édition, c’est partir à l’aventure, vivre dans la peau du héros.

Allez, une seule petite « coquille » lors de ce magnifique salon : on n'échappe guère au travers de la « foire aux livres » avec des auteurs posés en rang d’oignons derrière leurs tables et les livres sur chevalet, tandis que l’on fait la queue pour la dédicace. Pourtant, les organisateurs ont su profiter de l’espace et du cadre pour proposer un aménagement assez agréable, avec expo de peintures marines, et petit coin au calme pour les conférences.

En parcourant les allées, tout ce qui fait l’art de l’écriture et le plaisir de la lecture est là. Il y a même la calligraphie avec le professionnel, Ker Adili. Ce dernier a réalisé un travail avec les élèves du primaire de l’école Saint-Goustan. Les écoliers ont réalisé des dessins avec les lettres de leurs prénoms. Les amoureux de la poésie ont apprécié les recueils d’Albert Blanchard. Frissons garantis avec les intrigues policières de Stéphane Jaffrézic, à la sauce bretonne. La grande Histoire se raconte dans les œuvres de Jean-Michel Riou. Et plus localement, c’est l’occasion de découvrir le patrimoine local avec le travail de M. Bihan sur l’histoire du Croisic, les Amis du Kurun, la Société des amis du Croisic, les bénévoles de « Mémoires et savoirs Nazairiens ».

Petits trésors littéraires

Jeamie Audger
Jeamie Audger

Dans ce cheminement qui sent bon la papeterie, le salon offre quelques petites perles, faciles à dénicher si tant est que l’on prenne un peu son temps. Ces auteurs, encore anonymes, non dénués de talent, originaux, et surtout ouverts à la rencontre avec le lecteur, apportent toute leur fraîcheur à Plumes d’Équinoxe.

Avec Andrée Boivin, le lecteur est invité à lire dans une nouvelle dimension. Artiste lunaire, l’écrivaine originaire de Franche-Comté compose et s’édite elle-même. « Je me suis faite toute seule, et dans ce monde où plus personne ne dialogue, j’essaie de proposer quelque chose de différent, avec beaucoup d’amour ». Andrée Boivin s’est inspirée de la musique pour écrire des ouvrages consacrés à Ouessant, « L’île Mère-Veilleuse », l’AB-sainte, ou encore un portrait du peintre Gustave Courbet. « Les musiciens emploient des dièses et des bémols pour donner des nuances à leur musique. J’ai appliqué ce principe à l’écriture, tout comme le noir révèle le blanc, et la haine révèle l’amour », ajoute-t-elle. Sa lecture est donc étonnante et se fait sur trois niveaux, ses « trois clés » : une lecture basique et conventionnelle, une lecture musicale faite de majuscules, minuscules, homophonie, « c’est l’âme-son, la façon dont j’ai entendu les sons », et enfin une troisième lecture plus spirituelle. Voilà un cocktail qui donne un peu mal à la tête, mais qui place l’art d’écrire sur d’autres tableaux.

Pour Jeamie Audger, c’est un peu un retour aux sources avec sa trilogie « Au jardin des pionniers ». Originaire du Pouliguen et de Batz-sur-Mer, elle y évoque ses souvenirs de familles, histoires et anecdotes, avec sa grand-mère, paludière, et son grand-père, célèbre perruquier. Elle sourit : « Mon père, qui était fils unique, est devenu électricien. Après guerre, il a installé l’électricité dans le salon de mon grand-père à Kermoisan. Pour certains clients, c’était traficoter avec le diable ! ». Elle a également une intrigue fantastico-policière, « Oxyllon » aux éditions « Les deux encres », pour lequel elle a reçu le second prix du concours « Echo de la mer ». Au salon, Jeamie a rencontré de nombreuses personnes pour partager ses souvenirs.

Auteur : Yoann Daniel | 19/09/2010 | 2 commentaires
Article précédent : « Double exposition de « Peintres et sculpteurs d’ici et d’ailleurs » »
Article suivant : « Exposition « Merci Monsieur Chabrol » : l’hommage du Croisic au cinéaste »

Vos commentaires

#1 - Le 12 octobre 2010 à 16h34 par GILLET, Angers
Océanographe, professeur d'écologie à l'université et auteur de deux romans "La néréide" 2008 et "Fils du vent" 2009, je souhaiterai participer à la prochaine édition du salon du livre
Plumes d'Equinoxe.
Cordialement.

Patrick Gillet
#2 - Le 12 juillet 2011 à 10h10 par Breuil Geneviève, Tours
J'aimerais participer à votre salon du Livre. Je suis déjà venue une fois sous mon pseudonyme de Valentine Magève.
Je suis auteure de romans, nouvelles, poèmes, récit de vie. Plusieurs prix littéraires. J'habite St-Jean-de-Monts en été. Adresse postale qui suivra : G. Breuil 96 rue Roger Salengro 37000 Tours. Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter