Le Croisic Infos

Les Nuits Salines, « … On n’a pas trouvé mieux ! »

Pendant trois jours, le festival des Nuits Salines fête ses 20 ans dans le bourg de Batz-sur-Mer. Et ils sont des milliers à venir prendre leur part du gâteau auprès des artistes, des bénévoles et de leur présidente, Sandra Oliveaux. Vendredi soir, c’est Soldat Louis qui a planté son « Pavillon noir » et mit le feu de Breizh à la scène du Petit Bois.

Nuits salines

Qui de mieux placés que « les enfants de Lorient et de l’océan » pour mettre le feu sur les 20 bougies des Nuits Salines ? Personne certainement à voir l’ambiance qui régnait devant la scène, vers 22 h 00, lorsque Jean-Louis et sa joyeuse troupe de rockeurs celtiques ont décidé de faire changer cap au festival. Car depuis le début d’après-midi, la musique bretonne résonne déjà sur la Place du Mûrier. En ouverture de la grande soirée, le bagad de Saint-Nazaire a fait son effet sur un public relativement classique pour ce genre de représentations. Le bagad, sur la grande scène, ça envoi ! Sur les gradins, on apprécie, d’autant que les musiciens nazairiens communiquent facilement, non sans humour, avec leur auditoire.
Ca, c’était avant. Avant que le festival ne revête son habit de lumière. Avant que la nuit ne tombe sur les salines. Et surtout avant qu’ils arrivent. Qui ? Des centaines de jeunes, majoritairement venus de la Presqu’île pour se mêler à la foule des touristes. Ils sont chauds, ils connaissent le répertoire par cœur, ils sont là pour faire la fête, rire, chanter, danser, sauter. Et ils le font savoir. Le public des Nuits Salines est bouillant, du pain béni pour Soldat Louis.
Sur scène, le groupe est fidèle à sa réputation. C’est exactement ce que souhaitaient les organisateurs pour rendre la soirée inoubliable. Comme la programmation du festival, le répertoire de Soldat Louis est bien plus éclectique qu’on ne pourrait le penser. On passe vite de la chanson « variété » facile telle que « Du rhum, des femmes », à des morceaux plus mélancoliques et poétiques comme « Encore un rhum », voire même militant sur l’Irlande du Nord et l’identité bretonne, même si le message peut passer inaperçu auprès des plus jeunes. Il y a aussi ces superbes moments à la cornemuse et à la guitare électrique. Les chœurs s’en donnent à cœur joie en reprenant les grands classiques : « Le bagad de Lan Bihoué », « Martiniquaises », « Tonton Louis ». Faire la fête, chanter, danser, sauter, taper dans les mains, rire… Avec un public à l’unisson pendant deux bonnes heures.
Minuit, l’heure du fest-noz sur la scène d’un village noir de monde. Les bénévoles sont au taquet. On échange des milliers de sacs de sel. L’ambiance est chaleureuse et conviviale. Le festival des Nuits Salines n’est décidément pas un festival comme les autres, il possède ce petit « sel » en plus. Il est un exemple impressionnant de mixité autour de la culture bretonne. Il offre des animations gratuites à foison et met en valeur le savoir-faire et l’économie locale. Et ça continue encore ce samedi et dimanche, avec Gilles Servat en tête d’affiche.
 

Auteur : YD | 23/07/2011 | 2 commentaires
Article précédent : « L’OGEC prépare un conte pour enfants »
Article suivant : « Festival Marée Montante à Batz Sur Mer : hausse de fréquentation pour cette deuxième édition »

Vos commentaires

#1 - Le 23 juillet 2011 à 15h35 par crabe 44740, Le Bourg De Batz
Dommage pour ceux qui ont manqués l'excellente scène d'hier soir aux nuits saline je vais aux concerts de soldat Louis depuis 1988,je peux vous assurer qu'ils sont comme le rhum,ils se bonifient en vieillissant,parole de connaisseur
#2 - Le 29 mai 2012 à 17h17 par Blanchard , Le Mans
Je voudrai reserver des places pour les concerts des nuits salines des 20 et 21 Juillet 2012 .A qui dois-je m'adresser ?
merci

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter