Le Croisic Infos

Pas de hausse des taux communaux et plus de travaux d'entretien dans les trois ans

Le débat d'orientation budgétaire (DOB) a été l'objet d'une nouvelle empoignade entre majorité et opposition au sujet de « l'éternel débat » sur les charges.

Comme partout la baisse des dotations de l'État oblige les communes à resserrer leurs budgets.
Gérard Le Cam adjoint aux finances indique que « ces dégradations nous sont imposées sauf pour les taux de fiscalités que nous avons choisi de ne pas modifier ».
Au Croisic la dotation aura baissé de 40% en 2017 (par rapport à 2014) passant de 1780 k€ à 1255 k€.
Les charges augmenteront de 1 % « sans détériorer la qualité des services ». Mais ce sont les charges de personnel qui pèsent même à effectif constant. 82 titulaires et 24 personnels à temps partiels, ou saisonniers sont employés à la commune. Le personnel représente 80 % des charges de fonctionnement.
Dans ce contexte, « la chute est lourde » déplore l'adjoint pour ce qui est de la capacité d'autofinancement de la Commune. Celle-ci qui libérait en moyenne de 1,7 million d'euros par an ne disposera plus que 880 k€ en 2017, « ce qui veut dire que sans les efforts que nous avons faits sous l'ancien municipe, nous serions à zéro en 2017 ». Ce qui entraînera un commentaire dans le public : « les efforts ce sont Les Croisicais qui les ont payés ».
La dette est stabilisée à 3243 k€ fin 2014, 400 k€ continueront d'être remboursé par an et un emprunt sera contracté en 2017 pour 850 k€. La capacité de désendettement est importante au Croisic avec 1,7 an, elle passera à 2,5 en 2017.
Le crédit de la vente de l'hôtel d'Aiguillon est bien inscrit en recettes (compromis signé) mais l'adjoint n'a pas précisé quand serait signé l'acte qui fera tomber les 600 k€ dans les caisses. De même l'indemnité pour le port de plaisance est inscrite pour 965 k€ pour 2016.

La Commune sera capable d'engager environ 10 millions d'euros sur trois ans qu'elle prévoit de répartir pour 5,4 en investissements dits « structurants » (la rénovation de la salle Jeanne D'Arc (3,8 millions), l'entrée de ville, l'église et la requalification de la zone artisanale ) et 4,8 d'investissements « récurrents ». Parmi ces derniers les sommes réservées à la voirie à l'entretien des anciens bâtiments « dont les Croisicais sont très demandeurs ».

« Volonté de maîtrise mais pas de baisse »

Françoise Thobie (opposition) concéde la volonté de maîtrise mais juge insuffisante les propositions d'économies, rappelant le DOB 2013 qui visait un objectif de « baisse des charges ».
Côté charges de personnel, il n'y a pas de retraite en vue et donc pas de poste qui ne serait pas à remplacer explique le maire, mais cela a été fait.
Si mutualiser ou rationaliser entre les services sont déjà des pratiques en cours l'essai de mutualisation avec d'autres communes n'est pas une réussite selon Michèle Quellard qui explique avoir « plusieurs fois récupéré un matériel neuf d'un prix de 145 k€, détérioré». Mais Geoffrey  Benigué indique que les communes se prêtent du matériel pour les animations « cela évite les locations ».

Reprenant le site gouvernemental Bercy collectivités qui analyses les finances Françoise Thobie note que Le Croisic pour 2013 présente 2152 € de dépense par habitant, alors que le Pouliguen présente 1597 et la Baule 1920 et  trouve cela « exorbitant !» .
Ne peut-on pas « envisager de demander à chaque service X% d'économies ?» demade-t-elle.
Gérard Le Cam, professoral et technique s'en fut chercher la clef de douze, ou plutôt le diamètre des canalisations pour expliquer que les équipements de la commune sont dimensionnés pour plus de 20  000 personnes (tourisme) « on adapte à la pointe ». « Et à La Baule il n'y a pas de touristes ? » ironisa la conseillère d'opposition.  « Vous voulez nous expliquer qu'on dépense trop, c'est un éternel débat entre nous ».
Pendant ce temps Claude Decker, armé de sa calculette divisait le total des charges par le nombre d'habitants soit 6359 par 4120 et obtenait triomphalement 1543 €. Chiffre que reprit l'adjoint après vérification. La majorité sortit alors l'artillerie lourde : « vérifiez vos sources, il faut être prudent avant d'annoncer … toutes les ficelles sont bonnes... pilonner … ». Personne ne s'intéressa à savoir comment étaient calculées les valeurs annoncées. Ce site officiel faisant pourtant référence en termes de finances publiques.
Le maire dut clore avec un autoritaire « bien ! D'autres questions ? ». Jean-Marc Lucas ramena un peu de calme en demandant des précisions sur l'avenir de la Salle Jeanne D'Arc : où irait la salle de modélisme, quid du local d'information du parc éolien ? « Nous faisons une proposition au club, nous informerons ensuite », « le projet est à son tout début ».
Une rivalité est-elle en train de poindre entre La Turballe et Le Croisic ? Comment les deux villes vont-elles pêcher le touriste éolien : en boeuf, ou chacun son chalut ?

Auteur : LY | 02/03/2015 | 6 commentaires
Article précédent : « Pour que vive Le Croisic lance « Les Échos du Croisic » »
Article suivant : « Le Croisic se souvient des morts en Algérie »

Vos commentaires

#1 - Le 13 mars 2015 à 15h43 par Catherine Barre Gascoin, Le Croisic
L'Etat réduit ses subventions aux communes. Ce faisant, il entend mettre les collectivités à contribution pour résorber la dette publique. Mais il cherche aussi à les pousser à plus de rigueur budgétaire. C'est Emmanuel Macron, Ministre de l'Économie qui le dit.

Alors, est-on rigoureux au Croisic ?

L'endettement est géré et semble maîtrisé. C'est déjà un excellent point. Beaucoup de communes seraient bien heureuses de pouvoir en dire autant. Pourquoi ne pas s'attaquer maintenant, enfin, avant d'être acculés totalement, à la réduction des dépenses de la communes ? Car dans ce domaine malheureusement pour le moment, point de maîtrise. Encore moins de réduction : la commune dépense. Et dépense. Alors même qu'elle anticipe une réduction de 40% des dotations de l'État, près de 500 000 € en 3 ans d'après l'article, elle continue de dépenser... Plus insupportable encore pour le citoyen qui paie (cher) ses impôts au Croisic, les dépenses de la commune ne semblent pas pensées pour créer des richesses pour la ville, ni des emplois. Le Croisicais a l'impression d'un gâchis, de voir son argent gaspillé.

Alors 2 choses pour conclure :
La mairie peut-elle s'engager sur la fait que nos impôts ne serviront pas à éponger l'écart entre la colonne charges et la colonne recettes de la commune après 2017? Quid puisqu'on y est, de la taxe sur les résidences secondaires ici ?
Et enfin, pourrait-on se dire en ces temps de disette financière, qu'une dépense ne doit pas être engagée si elle ne crée pas de richesses pérennes et palpables pour notre ville ?
#2 - Le 01 avril 2015 à 21h18 par JEAN MARIE GASCOIN, Le Croisic
Pas de réponse aux questions posées.

Pas étonnant de la part d'une municipalité si peu rigoureuse sur le plan de la gestion.

Quand d'autres communes toutes proches prennent des ris dans la grand voile à l'approche des turbulences budgétaires annoncées, d'autres ne changent rien à leur allure, ou plutôt à leur train de vie...

Inquiétant pour nous, contribuables Croisicais, qui seront appelés à "compenser" les dérives d'ores et déjà prévues dans le DOB...
#3 - Le 03 avril 2015 à 16h29 par J.BOURGLAN, Le Croisic
Pas rigoureuse la gestion des finances dans notre commune? Ah bon.....
Il est sûr que pour certains ,un contrôle très efficace et des explications très précises des dépenses à
venir durant la mandature actuelle peuvent faire grincer des dents.
Comment ,ils vont réussir leur pari ?Gérer ,faire des économies et rembourser la dette!!!!
Mais ceci est impossible,puisque de nombreuses communes vont souffrir de mille maux ,alors pourquoi pas Le Croisic ??? Mais avant de montrer votre opposition systématiquement,êtes vous certain de posséder tous les éléments permettant de contester ?....Là ,je pense qu'il y a un bug informatique dans vos données
Salutations
#4 - Le 28 avril 2015 à 16h27 par Catherine Barre Gascoin
"Avant de montrer votre opposition systématiquement, êtes vous certain de posséder tous les éléments permettant de contester?... Là je pense qu'il y a un bug informatique dans vos données."

Pourquoi vous montrer si désobligeant envers les personnes M. Bourglan, alors les commentaires émis jusqu'ici, ne visent que les idées et les actes. Dès que l'on ose émettre une suggestion ou un avis contraire, Pan ! Nous voilà étiquetés, vilains méchants pas d'accord avec moi ! Une vraie cours de récré.
Si vous m'avez lue jusqu'ici sur ce site, vous avez pu constater que je savais reconnaitre ce qu'il y a de bon au Croisic et ce qu'il faudrait y améliorer. Car oui, il y a des choses à améliorer. Et oui, la gestion de l'argent public en fait partie, je le confirme. Et il sain de pouvoir en discuter. Entre personnes intelligentes normalement, cela se fait.

Je reste abasourdie par les hausses prévues en 2015. Les dépenses de personnel en particulier sont faramineuses (+180 000 euros en 2015). Elles expliquent à elles seules les 2/3 de la hausse globale des charges de la commune. Cela ne mérite t-il pas que l'on y regarde de plus près ? Que l'on nous dise comment se ventile cette augmentation incroyable, à l'euro près, alors que les effectifs ne changent pas, nous dit Mme Quellard. La hausse de charge salariales ? Combien. La revalorisation de SMIC ? D'accord, pour combien aussi. Des mesures gouvernementales non maitrisées ? Va pour ça, lesquelles, combien d'euros. Qu'y a t-il EXACTEMENT dans ces 180 000 euros de plus ? Si vous avez "tous les éléments" vous permettant de nous rassurer, puisque nous ne les avons pas pour contester, je vous en prie, partagez les, le sujet sera clos.

Dans les entreprises du privé M. Bourglan, quand les ventes et la rentabilité sont menacées, on se fixe un objectif d'économie, chaque département y contribue, identifie dans son organisation les dépenses superflues, même les plus infimes. L'a t-on fait au Croisic ? Vous le savez ?...
#5 - Le 30 avril 2015 à 03h45 par Catherine Barre Gascoin
J'ajoute que j'ai laissé dans mon précédent commentaire, des fôtes et des cokilles ! Horreur !!
C'est la spontanéité de l'écriture, la rapidité de l'envoi sans relecture... et cela ne retire rien au fond.
#6 - Le 30 avril 2015 à 11h51 par CQFD, Le Croisic
bravo Mme Barre Gascoin de remettre les "pendules" à l'heure. Comme vous: il y a des budgets qui ne s'expliquent et ne se comprennent pas en ces temps difficiles pour tout le monde !!!
"on" est riche avec l'argent des autres.
et comme a dit "Mr le 1er" : quand on habite au Croisic "on" a les moyens", alors...
vous parler d'un endettement maitrisé dans un post précédent.
alors que l'on nous annonce 3.5 ME pour la salle Jeanne d'Arc !nous savons tous que les budgets pour les travaux publics" finissent tous par être multipliés par 1,5 ou 2...on peut donc s'attendre à une facture de 5 à 6 ME, sauf "s'ils" nous prouvent le contraire mais on ne le saura qu'à la fin des travaux,donc trop tard...

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter