Le Croisic Infos

Patrick Hamon : « Pour la criée, tout le monde sort par le haut ! »

L’opposition municipale se réjouit du sauvetage de la criée du Croisic même si elle ne cache pas ses inquiétudes quant à l’avenir de la pêche sur le littoral atlantique. Patrick Hamon salue le travail mené conjointement par la municipalité et Mme Quellard, la mairie de La Turballe, le Conseil Général, les élus d’oppositions, les professionnels de la pêche et la population. L’élu pointe la responsabilité de la CCI dans ce dossier et ne se voile pas la face quant aux défis qui devront être relevés dans les prochaines années.

Pour Patrick Hamon, leader de la Gauche Croisicaise, la décision prise à l’issue du Conseil portuaire de mercredi est plus un soulagement qu’une victoire. « C’est une bonne nouvelle, c’est sûr ! Mais il ne faut pas tomber dans l’euphorie, ça ne résoudra pas le problème plus global de la pêche. Les pêcheurs Croisicais ne sont pas aussi optimistes sur l’avenir de leur métier. Ils subissent sans cesse les attaques de la Communauté Européenne. On ne sait quoi penser des réserves halieutiques. Personne ne peut dire quelle sera l’avenir de la pêche », explique-t-il.
Depuis des mois, il suit de très près le dossier de la criée et il se félicite de la solution trouvée. « J’étais informé par le maire de La Turballe de l’évolution du projet. La création d’une SEM était dans les tuyaux depuis plusieurs mois. Tout le monde était d’accord, la municipalité du Croisic avait dit oui. Ensuite, ce sont des considérations politiques qui ont retardées la décision », indique Patrick Hamon. Mais l’ancienne tête de liste aux municipales fait bloc avec la municipalité : « C’est un bon travail de la part de Madame Quellard. Elle voulait garder un point de débarquement et de vente au Croisic, elle a réussi. C’est vrai que l’on s’est querellé, mais la solidarité à jouer à plein ».
Quant à la suite d’événements qui ont mis la criée Croisicaise en difficulté, Patrick Hamon ne cache pas sa colère envers la CCI. « Elle a laissé filer les déficits et n’a pas entretenu le bâtiments et les matériels. Ces derniers temps, il n’y avait même plus de véhicules à disposition pour les pêcheurs. On est vent debout contre la CCI ! C’est vraiment dommage que ce soit aux collectivités locales de devoir assumer maintenant ses pertes. Notre ancien maire est un ancien cadre de la CCI, on le trouve très silencieux. Il y a un vrai mélange des genres et l’on comprend facilement qu’il ait préféré se faire élire à Guérande plutôt qu’au Croisic ». Et d’ajouter pour l’avenir : « Ce sont les contribuables qui vont payer le déficit dans un premier temps. Mais attention, avec la SEM, la criée du Croisic ne pourra aligner les déficits car le privé ne fera pas de cadeau ».
Pour conclure, Patrick Hamon se montre honnête : « Même si on a perdu du temps, au bout du compte, on aurait fait comme la majorité municipale ».

Auteur : Yoann Daniel | 12/03/2010 | 4 commentaires
Article précédent : « Michèle Quellard : « La pêche, c'est l' avenir économique et touristique du Croisic ! » »
Article suivant : « La criée du Croisic est sauvée ! »

Vos commentaires

#1 - Le 12 mars 2010 à 17h48 par Jean Paul
Il a raison ce Monsieur Hamon au sujet de l'ancien Maire d'ailleurs vous savez comment on appelle Priou au Croisic :
"courage fuyons"

il faudra s'en souvenir aux législatives.
#2 - Le 12 mars 2010 à 17h56 par Totot
Toto, il applaudit des 2 mains. Entièrement d'accord avec l'analyse de M. Hamon.
#3 - Le 14 mars 2010 à 11h26 par rollando louise, Le Croisic
concernant la CRIEE, il ne convient pas, dans la conjoncture économique actuelle et au vu des des dégâts écologiques recensés depuis l'estuaire de la Loire jusqu'en pleine mer, de crier victoire et de désigner la CCI comme bouc émissaire !
trop facile ! demandez plutôt des comptes à Priou et à ses anciens adjoints ! Les résultats de notre criée, (en baisse depuis 2004) ont été présentés chaque année dans un rapport d'activité (j'attends celui de 2009) où les graphiques sur le tonnage et la valeur des prises sont impitoyables : ça plonge ! faut-il ajouter que dans ouest france du 17 novembre 2009, sous le titre "le poisson se fait rare, les criées sont à la peine" le mouvement est irréversible ... un schéma régional de la vente en criée doit être élaboré...une étude préconise des fusions parmi les 6 criées régionales des pays de loire ...et bien sûr, "cela ne va pas de soi "
alors, dans ce contexte, la faute à qui ?
pour finir, cette victoire du sauvetage de la criée par Madame le Maire, clamée et applaudie sur les quais du croisic ..ressemble à une victoire à la Pyrrhus mais, qui vivra verra !
#4 - Le 18 mars 2010 à 14h27 par J.BOURGLAN, Le Croisic
Là je ne suis pas du tout d'accord;Mettre comme bouc émissaire les précédantes municipes sur ce dossier est une grosse erreur.
La Criée est gérée par la CCI et depuis de nombreuses années cette dernière n'est intervenue qu'épisodiquement pour des travaux d'ultimes necessités;D'où l'état actuel du batiment et de ses équipements;
Autre raisons ,jamais relevées,qui ont amené notre criée comme beaucoup de halls à marée vers la zone rouge des déficites:les politiques de "plan de casse",les baisses de quotas de pêches pour certaines espèces imposées par la communauté européenne.
Tous ces éléments n'ont fait qu'aggraver les difficultés qui se faisaient jour alors que tous les marchés s'ouvraient à la concurence mondiale;
Il serait simple de dire:"il fallait s'adapter",mais dans ce secteur d'activités nous n'avons pas les bons atouts pour nous imposer et l'Europe n'est pas décidée à satisfaire les Français ;L'Espagne n'a pas eu le même problème ,......les mystères de Bruxelles!
Evitons donc de fustiger après nos élus pour des dossiers dont ils n'avaient pas la gestion

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter