Le Croisic Infos

Petit jeu de poker menteur entre Gérard Le Cam et René Le Roux sur la criée

À deux jours d’intervalle, les conseils municipaux du Croisic et de La Turballe ont donné lieu à un surprenant échange à distance entre le premier adjoint, rive droite, et le maire conseiller général futur président de la SEM, rive gauche. Quand le premier affiche l’air grave des instants capitaux, le second a le sourire jusqu’aux oreilles. Lorsque le premier assène que la criée du Croisic vivra, le second n’envisage qu’une seule grande criée à La Turballe. Et quand le premier fustige la gestion de la CCI, le second se réjouit des performances de la régie municipale.

Indéniablement, la partie de poker a tourné à la faveur de René Le Roux, solide dans son jeu, il a su bluffer quand il le fallait. Au Croisic, on a peut-être trop misé, trop annoncé. Toujours est-il que l’issue semble fatale pour la criée croisicaise. Et René Le Roux d’enfoncer le clou devant ses élus : « C’est de la pure logique économique qui fait que Le Croisic va disparaître ! Même les mareyeurs ne veulent plus travailler au Croisic. Aujourd’hui, La Turballe est largement bénéficiaire et performante, pas Le Croisic ! On ne va pas s’en plaindre ». Mais le maire de La Turballe sait aussi sa gratitude, c’est la classe des vainqueurs : « On doit se sentir solidaire avec Le Croisic ! D’ailleurs, tout le monde encourage les pêcheurs croisicais à vendre dans leur boutique ».
Difficile dès lors pour Gérard Le Cam de faire partager un peu d’optimisme aux élus croisicais. Car à mots couverts, les élus croisicais savent bien qu’ils devront maintenant se battre pour conserver au Croisic un point de débarquement.
Pire encore, à La Turballe, on s’interroge sur l’opportunité de créer une SEM, et M. Robin, élu d’opposition pose clairement la question : « Compte-tenu des bons chiffres de la criée de La Turballe cette année, fallait-il se lancer dans une SEM avec Le Croisic ? ». Réponse en forme de triomphe pour René Le Roux : « C’est vous qui m’y avez un peu poussé. Moi, la criée de La Turballe, j’y ai toujours crû ! Mais c’est tout de même nécessaire de conserver une seule criée sur le département, et le Conseil Général s’est engagé en ce sens ». Il ajoute : « Pour nous, c’était plus facile car on avait le même concessionnaire pour la criée et le port de plaisance. Au Croisic, c’était différent. Mais que ce soit clair, je ne tire pas de gloriole particulière de la situation ».
Mais pour Gérard Le Cam, c’est aussi très clair : les difficultés croisicaises viennent principalement d’en face, avec en toile de fond, rivalités politiques et historiques. Le premier adjoint de Michèle Quellard, qui siègera à la SEM, l’assure : « La criée sera ouverte le 3 janvier 2011 ». Une vision à court terme que n’a pas manqué de dénoncer l’opposition. C’est certain, la majorité municipale du Croisic a beaucoup misé sur une sortie par le haut dans ce capital dossier économique. Elle cherche maintenant l’issue de secours. Tout auréolé de bénéfice tout à fait exceptionnel de sa criée, René Le Roux en rajoute : « On laissera le soin au département de régler les problèmes financiers et administratifs. La SEM ne pourra pas intervenir dans ce dossier. Par contre, le déficit et les emprunts de la CCI du Croisic, c’est le problème de la SEM ». Voilà qui saura certainement mettre un peu de pression sur le directeur de la SEM, chargé de réaliser un audit des outils croisicais et turballais.
Des négociations sont en cours, mais à bien écouter le discours des deux parties à leurs administrés, la question se pose de savoir ce que Le Croisic a à négocier. L’histoire, la culture, la tradition, la gloire passée du Croisic, ne pèse plus bien lourd face au pragmatisme économique, fût-il socialiste à La Turballe. Rive droite, rive gauche, il y a comme un parfum de revanche dans l’air, ou un simple compromis : les touristes au Croisic, les pêcheurs à La Turballe ?

Auteur : Y.D. | 19/12/2010 | 10 commentaires
Article précédent : « La liaison douce vers l'Hôtel de Ville s'appellera « passage de la ladure » »
Article suivant : « Stationnement sur les quais : le coup de gueule des commerçants »

Vos commentaires

#1 - Le 19 décembre 2010 à 17h37 par Clyde, Le Croisic
Suite à votre article, je me permet de rappeler la teneur de la lettre de la Municipalité de MARS 2010, distribuée dans l'ensemble des boites aux lettres du CROISIC, et qui s'appelle " AU RYTHME DES MAREES ".

Le titre en était : CRIEE DU CROISIC LA POSITION DE LA VILLE.

Nous pouvions lire notamment, je cite:

1°) Une demande d'un engagement de la part du président du Conseil général stipulant que le Croisic gardera sa criée et son point de vente......

2°) Une demande au Conseil général de résilier notre concession plaisance pour que notre commune puisse faire valoir ses droits.

et je cite encore

" Si ces deux conditions sont réunies, la ville du Croisic pourra être actionnaire dans la future SEM......"

La ville du Croisic étant maintenant actionnaire dans la SEM, je pense que ces deux conditions seront respectées, d'où mon étonnement en lisant votre article.

Dans le cas contraire, il est évident que Mme le Maire devra en tirer les conditions politiques, d'autant plus que nous avons cédé le port de plaisance à la SEM qui dégagait un solde trés positif dans son exploitation.
#2 - Le 19 décembre 2010 à 17h42 par Christian
Bien évidemment que ça va finir comme ça: les touristes au croisic et les pêcheurs à la turballe, ça fait déjà un petit moment que c'est comme ça. Ce n'est pas à grand coup de communication et de défilé dans les rues du croisic que la mairie et les pêcheurs allaient sauver la criée il faudrait déjà que les croisicais viennent vendre au croisic et pas à la turballe.
C’est de leur fautes point ! Et la turballe a eu l’agrément sanitaire pérenne ce qui clos le chapitre le croisic fermera ses portes d’ici trois mois max. A force de jouer les prétencieux et de cracher sur le reste du monde ils feraient peut être mieux de se remettre un peu en question.
Enfin bon on est au croisic il ne faut pas demander la lune.
#3 - Le 19 décembre 2010 à 18h59 par Bourglan Jacques, Le Croisic
En cette année 2010 ,on a passé son temps à se voiler la face et à chercher une issue de secours pour sauver la criée du Croisic;Au printemps, après négociations ardues,on a trouvé la solution:La SEM et tout le monde a crié victoire !!
Les professionnels de la commercialisation des produits de la mer savaient très bien que cette solution n'était pas la bonne pour l'avenir;Mais qui leur a posé la question?
Depuis debut 2010,sur les différents forums ayant pour thème la criée du Croisic ,je n'ai jamis changé d'avis appelant à beaucoup de retenues sur la réussite d'un tel projet de sauvetage malgrè un désir légitime de voir ce symbole de la vie maritime survivre à la crise économique et aux manques d'apports;
Consultez sur ce site mes écrits depuis le début 2010,ils sont éloquants;
Maintenant il faut sauver des emplois et là il y a du travail!
#4 - Le 19 décembre 2010 à 19h11 par rollando.louise, Le Croisic
bonne analyse de la situation actuelle et des turpitudes des élus Croisicais !
mais, où va-t-on?
#5 - Le 20 décembre 2010 à 07h06 par Clyde, Le Croisic
Je voulais dire que Mme le Maire devra en tirer les conséquences politiques.
#6 - Le 20 décembre 2010 à 09h04 par soizic, Rennes
Pauvre croisic .Je l'ai quitté en pleine santé et je le vois décliner ss cesse .Mme le cam a fichu en l'air l'otsi et mr le cam a trouvé la solution pour fermer la criée qu'ils réfléchissent ts le 2 au proverbe:"nul n'est prophète en son pays "et vous mme le Maire un peu moins de prétention et plus de reflexion et entourez vous de gens capables et non de prétentieux
#7 - Le 20 décembre 2010 à 09h05 par Clara Bertillon, Le Croisic
Depuis plusieurs mois nos édiles, Maire et adjoint (le 1er), claironnent que la criée du Croisic est sauvée.
Petit florilège de leurs déclarations:
- "nous voulions garder un point de débarquement et de vente au Croisic, nous l'avons obtenu"
- "sans sa criée, Le Croisic n'est plus Le Croisic"
- nous avons réalisé une étude que nous avons mis sur la table lors des négociations, elle nous montre que les perspectives économiques pour Le Croisic sont très bonnes. Notre port de pêche a sans doute vécu la crise avant d'autres"
- "ce résultat, c'est le travail d'une équipe depuis deux ans. On a essayé d'enfoncer des portes pour en arriver là"

Quand la réalité rattrape l'autosatisfaction, on comprend alors que les prétendues compétences du 1er adjoint sont pour le moins mises à mal. Mais cette évolution doit satisfaire ce dernier, puisqu'il pense que Le Croisic n'a qu'une seule vocation, le TOURISME.
#8 - Le 20 décembre 2010 à 16h51 par arcroazig, Le Croisic
Notre Christophe nous as envoyé la Duchesse ANNE, c'est elle même qui le dit, mais comme la Duchesse a vendu la Bretagne au roi de France, la notre et son vassal le premier, ils ont bradé notre port et notre criée au roi voisin de l'autre coté de la mer.
Pauvre Bretagne, tu as perdu ton indépendance pour des rivalités et des incompétences!
Pauvre Croisic, l'histoire recommence!!
Mauvaise année pour notre duchesse, perte de la criée et de la Salle polyvalente!!
Bonne année, 2011 ne pourra être pire à moins que !!!!
#9 - Le 21 décembre 2010 à 14h04 par blaise
Une grande partie des intervenants semble s’étonner de l’'issue finale du devenir de la criée du Croisic. A écouter notre chère Duchesse on constate aisément qu’elle ne maitrise rien pour ne pas dire ne comprend rien (dans ce domaine comme hélas dans tant d’autre). Mais après tout on à jamais fait d’une 2 cv une Ferrari.
Je ne minimise pas la responsabilité de PRIOU qui ne pouvait ignorer en tant que Député maire et cadre de la CCI de ce qui se tramait ou si c’était le cas cela s’apparente à de l’incompétence.
#10 - Le 24 décembre 2010 à 00h44 par petitmoi, Le Croisic
René Leroux a travaillé pour son port année après année, il récolte les fruits de son travail... lui!

Dès l'origine la nouvelle criée du Croisic était entachée de vices. Trop petite, pas d'espace, manque de facilité pour les transports. A La Turballe se sont des semi remorques qui viennent chercher la marchandise, pas des camionnettes!!!

Madame le maire dont je ne voie pas très bien les compétences dans ce domaine, a préférer les mesures d'intimidation vis à vis des pêcheurs qui allaient vendre ailleurs. Se remettre en cause n'est pas croisicais.

Normal, voyez la sous représentation des entités maritimes du port de pêche au sein du municipe - D'être fils ou femme de marin pêcheur ne confère aucune compétence particulière dans ce domaine et encore moins dans le domaine économique lié au maritime. Même le professionnel du municipe n'a pas les compétences requises il en à bien d'autres mais pas celles liées au monde économique, je ne le lui reproche pas moi-même je n'ai pas la science infuse.
La dépense de 20000Euros pour contester les conclusions de la CCI étaient d'évidence une dépenses pour la frime. Ceux qui savent ce qu'est une audit de ce genre me comprendrons.

Le Croisic a abandonné son port depuis plus de 20 ans très satisfaite de l'avoir "refiler à la CCI" - rappelez-vous! on allait gagner de l'argent et invetstir pour l\'embellissement du village
Il ne faut pas être grand technicien pour voir que la criée de La Turballe c'est quand même techniquement tout à fait autre chose que le petit bâtiment du Croisic.
Déjà, il y a plus de 25 ans lorsque les Turballais ont investit en masse dans des bateaux modernes, Le Croisic en restait avec ses vieux chalutiers classiques en bois (Très joli mais hélas moins rentables.
Lorsque madame La Duchesse avait le toupet de nous affirmer que la criée du Croisic était la 2ième criée de France pour le prix moyen alors que c'était complètement faux, il est certain alors que l'on se trouve en pleine incompétence. Les rodomontades, les effets de menton et les prétentions (Croisicais farauds est notre surnom pour toute la presqu'ille) sont choses ridicules face aux réalités économiques.

Ce bon Christophe a eu raison d'émigrer à Guérande. Voilà un bon politique il a senti le vent venir.

Il serait bon que le municipe actuel présente sa démission. Il n\'est pas à la hauteur de notre village.

Quand au tourisme au Croisic, il ne faut pas être grand devin pour savoir que ce n'est pas une bonne solution. Engorgement l'été, une seule route d'entrée, un port qui en est le seul attrait (pour les gens qui ne sont pas de la "Haute", petitesse de la commune -450 hectares (La commune de Nivillac fait 5500 hectares pour 3500 habitants, elle, elle peut se développer). Mais il est vrai que notre municipe rêve d\'un tourisme de classe dans une station de luxe. Ces "vrais croisicais" (Expression entendue dans un commerce) rêvent sans doute de rester entre eux comme ils le sont déjà dans ce municipe peu ouvert à "l'étranger".

Au fait, quid des poubelles implantées place du 8 mai au niveau de l'ancre du Soleil Royal? C'est d'un très grand chic!!! Ah on a du goût dans notre "petite cité de caractère"!!!! ça s'accorde mal avec le tourisme de luxe. Au fait ça couté combien cette fine plaisanterie?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter