Le Croisic Infos

René Leroux et Max Palladin répondent aux élus et à la population sur la SEM

À l’occasion de la séance du conseil municipal qui s’est déroulée vendredi, le maire, Michèle Quellard, a convié le président de la Société d’Economie Mixte en charge des ports de pêche et de plaisance du Croisic et de La Turballe, René Leroux, et son directeur général, Max Palladin, à venir répondre aux interrogations des Croisicais. Ils se sont voulus rassurants mais ne cachent pas qu’un premier bilan devra être prochainement établi pour une meilleure vision du développement possible des deux sites.

Situation étonnante que celle qui consiste à voir le maire de La Turballe, René Le Roux, se présenter devant le conseil municipal du Croisic, certes pas encore en séance. Fait également exceptionnel, l’assistance copieusement garnie, venue pour cette entrée sucrée salée, mais aussi pour un dessert annoncé très acidulé (le dossier des ventes du patrimoine). Un conseil tout à fait particulier donc, où même les bancs des élus ont presque fait le plein. Et petite surprise, Michèle Quellard a également invité le public a poser ses questions directement à l’exécutif de la SEM !
Venus initialement pour évoquer l’activité du port de plaisance, René Leroux et Max Palladin n’ont pas éludé longtemps les questions autour de la pêche. Pour autant, en réponse à une remarque un peu provocatrice de Claude Decker (« Je n’entends pas de votre part prononcer le mot pêche »), le président de la SEM ne s’est pas défaussé : « Je n’ai aucun problème avec ça, vous pouvez me poser toutes les questions que vous voulez. Mais la plaisance, c’est le sujet qui me préoccupait ce soir et c’est pourquoi nous avons été invités ».
Bref dans son intervention, René Leroux a insisté sur le besoin d’harmoniser les modes de fonctionnements, issus des différents gestionnaires. « Pour cela, il faut un dialogue permanent, une concertation pour que chacun puisse exprimer ses idées et ses besoins. C’est très important pour moi », indique-t-il. Max Palladin, lui aussi, joue la carte du dialogue en ce début de prise de fonction : « J’ai deux bureaux, un au Croisic, un à La Turballe, ils sont ouverts à tous ». Il ajoute : « On s’appuiera sur les compétences en place. La mission qui nous est confiée n’est pas de maintenir les infrastructures en l’état, mais bien de les développer ». Néanmoins, les réponses sont plus évasives pour les questions portant sur le temps nécessaire à une juste évaluation de la situation des ports et aux possibilités de les développer. « Pour le moment, on ne modifie pas les choses. Il y a des engagements pour des travaux par le Conseil Général. Plus tard, on verra les possibilités et les besoins », poursuit Max Palladin.
Pour les équipements du port de plaisance, René Leroux ne ferme pas la porte à de nouveaux investissements tels que l’approvisionnement en carburant ou le grutage, mais il met les plaisanciers en face de leurs responsabilités. « Si on installe des pompes à carburants, et que les usagers préfèrent aller au supermarché, ce n’est pas la peine de demander. C’est comme pour le petit commerce, on se lamente quand il disparaît, alors que quand il était là, on allait au supermarché », a-t-il donné en exemple. Enfin, pour ce qui concerne le terre-plein et son mauvais état, en plus de l’occupation de bateaux ventouses et autres remorques, René Leroux met directement en cause l’ancien gestionnaire, la CCI, pour son manque d’investissement.

« Je ne minimise pas les enjeux, surtout quant à la situation de la partie pêche »

Retour à la criée

« Je ne minimise pas les enjeux, surtout quant à la situation de la partie pêche », répète Max Palladin. La dernière visite de la criée croisicaise par le président du Conseil Général, Patrick Mareschal, a permis d’y voir plus clair. Le directeur rappelle simplement qu’il faudra trouver de nouveaux acheteurs et qu’en proposant un système de vente à distance, il entendait donner une bouffée d’oxygène à la criée.
Mais le discours est au moins assez clair sur un point, et vient tempérer un certain triomphalisme côté Croisicais : rien n’est assuré quant à l’avenir des criées. « On ne sait pas comment va évoluer la situation », indique-t-il. Pour le moment, comme l’a résumé un plaisancier, « nous sommes solidaires des pêcheurs, c’est le principe de la SEM », mais ces derniers ne pourront pas faire office de béquille financière et économique très longtemps.

Auteur : Y.D. | 15/01/2011 | 2 commentaires
Article précédent : « Au Conseil Municipal, la majorité assume et les oppositions s’insurgent ! »
Article suivant : « « Le Croisic Solidaire » reproche au maire son manque de concertation et son autoritarisme »

Vos commentaires

#1 - Le 16 janvier 2011 à 08h59 par arcroazig, Le Croisic
En écoutant attentivement le Président de la SEM, nous avons entendu: L'argent des plaisanciers ira aux plaisanciers.

d'où 2 remarques:
Ce n'est pas à la Ville du Croisic de réclamer l'argent des plaisanciers au Conseil Général, pour s'enrichir, c'est à la SEM en tant que mandataire des plaisanciers?

Comment sera comblé le déficit d'une partie- pêche ou plaisance - si l'argent de chacune appartient à chacune ?
#2 - Le 16 janvier 2011 à 14h07 par Lehujeur Guy, Le Croisic
Messieurs , deux commentaires , ou suggestions ;
1 .- vous confirmez l'idée de certains , concernant l'utilisation de la cale de mise à l'eau : payante par les utilisateurs. Vous ne pensez pas , que cela soit une erreur ? En effet un accès gratuit à une cale de mise à l'eau d'un bateau amène dans un port et dans sa commune un grand nombre de personnes , dont la commune ne peut que profiter , les commerçants , les restaurants , voire les hôtels etc ... etc ... ! vous ne pensez pas que les communes concernées auraient tout intérêt à prendre en charge la maintenance de ces cales ?

2.- Coté port de pêche : En ce qui concerne l'approvisionnement en carburant des bateaux il apparaît évident , qu'il y a fort à faire pour éviter la pollution ? régulièrement le port est envahi par des " débordements de carburant " et , ce qui est très grave , ces débordements sont véhiculés au grès des marées dans le traict , polluants les bancs des ostréiculteurs de les vasiéres des marais salants .
Dans l'attente de votre prise en compte de ces deux suggestions et de vos comptes-rendus ,
Merci ,salutations
Guy Lehujeur

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter