Le Croisic Infos

Réunion de quartier Kermoisan et Roffiat : difficiles relations de voisinage avec les gens du voyage

Deux semaines après la rencontre avec les habitants du secteur de la Govelle, les élus Batziens invitaient, mardi soir, les résidents des villages de Kermoisan et de Roffiat à un échange sur les préoccupations du secteur et l’actualité de la commune. Sujet récurrent, la sécurité routière et les aménagements routiers ont tenu une place importante dans un dialogue constructif. Mais, à Kermoisan et dans le voisinage, ce sont les gens du voyage qui posent le plus de problèmes par la prolifération des camps, les occupations illégales, les branchements sauvages, et des relations bien dégradées avec les habitants. La grogne s’accentue et la municipalité avec des moyens de rétorsion bien limités doit faire appel à la solidarité.

La colère croissante des habitants de Kermoisan est proportionnelle au nombre de caravanes qui s’installent en toute impunité sur les terrains alentour. Car depuis la dernière rencontre annuelle avec la municipalité, c’est un 8e camp qui a pris possession d’un terrain. « Tous les ans, il y a un terrain de plus ! Ce n’est plus possible. Que fait la commune pour résoudre ce problème ? », s’emporte Pierrick Mouilleron, ancien adjoint au maire sous le mandat de Pierre Le Berche, et qui pour l’occasion se fait porte-parole de l’assemblée. « C’est un problème que l’on connaît par cœur ! De notre côté, nous agissons par des procédures judiciaires. Mais dans certains domaines, comme pour les branchements EDF, nous ne sommes plus consultés. Pour le reste, ce sont les propriétaires qui doivent protéger l’accès aux terrains. Je salue les efforts qui ont été faits cette année. Il faut être solidaires », a répondu Danièle Rival.

Mais le maire demande à ses administrés de ne pas tomber dans le piège de la stigmatisation systématique et irréfléchie. Ainsi, plusieurs contrôles sanitaires ont été effectués, notamment pour les ordures ménagères et le traitement des eaux usées. « Nous n’avons rien constaté qui justifie des accusations d’atteintes à l’environnement, et je vous prie de croire que l’on a bien cherché. C’est vrai, toutefois, que l’on a trouvé quelques machines à laver avec des évacuations et des systèmes de récupérations des eaux bricolés », ajoute Didier Chossat, adjoint au maire en charge de la sécurité et de l’intercommunalité. Danièle Rival ajoute : « Les forains nous ont même présenté des factures importantes de pressing ! » L’adjoint à l’urbanisme précise même que la plupart des forains sont demandeurs pour s’acquitter de la taxe de collecte des ordures ménagères.

C’est la sécurité des branchements électriques qui posent le plus de problèmes. Effectués de façon anarchique et sauvage, ils ont mis plus d’une fois en danger les riverains. Câbles suspendus, ponctions illégales à même les poteaux et sans protection, fils à terre ou à peine ensevelis… L’accident guette. Et la mairie est impuissante, d’autant qu’EDF ou d’autres compagnies de fourniture d’électricité viennent poser des compteurs et disjoncteurs provisoires. « Au moins, c’est un peu plus sécurisé », note Didier Chossat. Danièle Rival poursuit : « Je déplore cette situation avec EDF ». M. Decaux, directeur général des services, ajoute : « Il y a des procédures au tribunal pour enlever les fils électriques dangereux et pour d’autres situations. On est dans un état de droit, on n’est plus au Far-West ! ».

Vient ensuite le problème de la vente des terrains et leur acquisition par les gens du voyage, où chacun semble avoir sa part de responsabilité. « Lorsqu’un propriétaire vend son terrain, il doit en avertir la mairie pour qu’on puisse en faire l’acquisition, et pas les forains. C’est ce que nous faisons toujours. Mais que ce soit clair, les terrains font l’objet d’une estimation et la mairie ne peut pas s’aligner sur certaines offres des gens du voyage. Notre objectif, c’est de les empêcher d’acheter », indique le maire. Sous-entendant à demi-mots certaines pratiques, le DGS ajoute : « Mais bien-sûr, on ne versera pas de dessous de table… »

Pierrick Mouilleron soulève également la problématique des accès aux terrains. Car en réaménageant, pour le confort des usagers, certains chemins, la commune a donné l’occasion aux véhicules d’emprunter ces voies. Toutefois, Danièle Rival rappelle que dans « L’affaire Dufresne », la municipalité n’a pas lâché le morceau et que la procédure judiciaire est en cours, avec le soutien du procureur de la République. « Dans ce cas, nous avons eu le courage d’aller les rencontrer. Et ils menacent de s’attaquer à nous en portant plainte à la HALDE pour racisme et discrimination ».

Parmi les autres sujets abordés, le maire a présenté l’étude réalisée par la DDE sur la RD 245. Elle est disponible en consultation par le public à la mairie. Les premiers travaux seront la mise en sécurité des carrefours. Concernant le plan de circulation global, un comité de pilotage se réunira le 25 octobre. 

Auteur : Y.D. | 20/10/2010 | 1 commentaire
Article précédent : « Les riverains concernés et attentifs au projet de rénovation de la RD45 »
Article suivant : « Batz sur mer La RD 45 entièrement réaménagée à partir de début 2012 »

Vos commentaires

#1 - Le 21 octobre 2010 à 20h47 par Le Dimet Marie-Claude, Batz Sur Mer
Il faut faire attention à ce que ce genre de débat ne tourne pas au racisme surtout vu le climat national de ces derniers mois. Attention à ne pas rendre les gens du voyage responsables de tout mais pas tout leur pardonner non plus surtout si il y mise en danger avec les fils électriques.Je suis également choqué par la phrase : "Notre objectif, c’est de les empêcher d’acheter" pourquoi s'ils veulent s'instaler.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter