Le Croisic Infos

Samedis fermiers : les Croisicais ont le goût de l’authentique

C’est ce dernier week-end que la ferme de l’Espace escargots accueillait une nouvelle fois les « Samedis Fermiers ». Un rendez-vous qui allie marché du terroir, animations, repas, et visite de l’exploitation. Une véritable réussite, les visiteurs et les clients appréciant tout autant la disponibilité et la pédagogie dont font preuve les professionnels, que les paniers remplis de bons produits.

Christian Burlandy, l’éleveur d’escargots (voir http://www.lecroisic-infos.fr/l-escargot-sort-de-sa-coquille-et-s-offre-aux-regards-des-curieux-2-37-478.html ), a mobilisé toutes ses ressources humaines pour accueillir le marché et le public. Il enchaîne les visites, les « Samedis Fermiers » offrant l’occasion de découvrir une activité de diversification agricole peu commune. A l’extérieur, l’espace a été spécialement aménagé. Les « Samedis Fermiers » sont une mécanique bien huilée qui sillonne la Presqu’île de Guérande, la Brière et Estuaires. Au Croisic, l’Espace escargots a reçu le soutien des AVF et des Amis du Kurun venus en renfort et faire leur promotion, ainsi que le partenariat du CPIE, basé au Pouliguen.

Le thème de la journée était placé sous le signe du gastéropode, normal donc que le ciel est adopté une météo d’escargot. Un peu gris, humide et lourd, mais pas de quoi faire rentrer les visiteurs dans leur coquille. A midi, le repas de la ferme hélicicole a régalé de nombreux convives. Les élus ont également fait le déplacement aux côtés du maire, Michèle Quellard. Entendu dans une conversation, Gérard Le Cam, premier adjoint, a bien résumé l’esprit du marché : « Il y a du monde et ça nous change un peu du poisson et des crustacés ». Malicieux, le premier adjoint sait que Le Croisic n’a pas besoin de mettre en valeur ici ses produits de la mer, déjà ô combien réputés.
Néanmoins, si les Croisicais peuvent améliorer le quotidien de bons poissons, sans débourser des fortunes, force est de constater que ce n’est pas le cas pour l’ensemble des produits. Un « panier de la ménagère » sur le marché du terroir, c’est sensiblement plus cher. La qualité et le goût ont un prix. Didier David, éleveur de cochons en plein en air à Vritz (44540), en est bien conscient. « Je sais que c’est un peu plus cher. Chez moi, tout vient de ma ferme, de l’alimentation pour les cochons avec la culture du maïs, du blé et de l’orge, leur élevage de façon naturelle, et la transformation. Sur les prix, on ne peut pas trop rivaliser avec la grande distribution, même si ça s’améliore », confie-t-il. Néanmoins, les côtes de porc de Didier David, c’est du sûr. Et puis, les 200 grammes à l’achat se retrouvent bien dans l’assiette, ce qui est loin d’être le cas pour les produits bas de gamme qui perdent leur eau à la cuisson pour finir en petites côtelettes un peu fades.
Inévitablement, les achats réalisés sur le marché sont effectués plus l’envie de se faire plaisir exceptionnellement que par habitude. Toutefois, quelques produits font mieux que rivaliser. C’est le cas pour les légumes, par exemple. Des fruits et légumes de petits producteurs, qui bénéficient de la qualité peu enviable et des nombreuses critiquent portées contre la grande distribution, accusée de tuer le goût.

Une douzaine de producteurs étaient présents, samedi. La majorité d’entre eux écument les marchés de ce genre. On trouve le cidre d’Erbray, le bœuf de Montoir de Bretagne, les spécialités de lapin de la ferme du Bois de Boulle, les vins du Domaine de Bel Air de Saint-Aignan de Grand-lieu, le boulanger traditionnel d’Herbignac, l’apiculteur-paludier d’Herbignac, le maraîcher du Gaec de la Ferme de Levera à Guérande, etc. A noter la présence d’un étal tenu par « Les artisans du monde » et qui propose des produits en commerce équitable.
Une autre qualité qu’il faut souligner lors de ces « Samedis Fermiers », c’est la disponibilité des exposants. Dans une atmosphère très conviviale, ils répondent aux questions, donnent des conseils de culture ou d’élevage, de préparations et de cuisine. Un vrai régal !
 

Auteur : YD | 11/09/2011 | 1 commentaire
Article précédent : « L’escargot sort de sa coquille et s’offre aux regards des curieux »
Article suivant : « La municipalité ne bradera pas ses emplacements »

Vos commentaires

#1 - Le 13 septembre 2011 à 11h14 par zbarbi
je viendrais

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter