Le Croisic Infos

Un vide-greniers noir de monde pour l’Amicale Laïque 

Ils sont arrivés presque tous avant l’aube, le coffre plein, tractant remorques, ou encore avec des fourgons. Ils sont Croisicais, résidents secondaires, Ligériens, Bretons et même au-delà. Tous, déballeurs amateurs des dimanches consacrés aux puces, ont répondu à l’appel de l’Amicale Laïque et d’une cité croisicaise encore bien remplie de touristes, potentiels acheteurs en quête de perles rares et de pièces de collections à pas cher. De 8 h 00 à 19 h 00, ils sont plus de 230 à avoir accueilli la foule sur la Place Dinan et dans les rues alentour.
Plus qu’un succès, un raz de marée. Il a déferlé tout au long de la journée à partir de la Place Dinan. Et y’avait de l’ambiance autour des stands, sous les tentes, derrières les tables, ou à même le sol parfois, pour farfouiller joyeusement dans le bric-à-brac. Un vide-greniers, certes comme il en existe des tas, mais celui-là impressionne par son ampleur, par la diversité des objets exposés et mis à débattre, et aussi par l’imagination et la créativité de certains vendeurs. En ces temps de fin de vacances, l’atmosphère était vraiment agréable dans les rues.
C’est empli de petits bonheurs dans l’air. Un troc et puces, c’est l’univers de la nostalgie et du retour aux sources. Il y a aussi de très bonnes affaires à faire. Mais quelle est la meilleure stratégie ? Acheter dès le matin, sans autre négociation, ou attendre la fin d’après-midi, en espérant que le tarif ait fondu au soleil ? D’autres malins auront même attendu place nette avant d’aller jeter un petit coup d’œil dans les nombreux cartons laissés sur place. À ce petit jeu, il y a forcément des gagnants et des perdants. Pour ce qui est du soleil, il s’est sagement gardé de montrer le bout de son nez, et sans une goutte de pluie, il a brillé par son absence, faisant une partie du succès de cette manifestation.
Nous retiendrons, pour notre part, la touche d’humour de certains déballeurs. Ici, presque en face du Café des Sports, on joue sur les mots avec les étiquettes, « Un tapis volant valant 5 euros ». Là, dans la rue du Pilori, on prévient le passant : « Entrez, on ne mord pas ! ». Et sans le vouloir, cet exposant tentant de vendre depuis le matin, deux écharpes de foot, celle de l’équipe de France ou celle du FC Nantes. Pas facile de se fixer comme but de trouver un acheteur pour ces couleurs.
Reste que ce vide-greniers permettra à l’Amicale Laïque de financer de nombreux projets pour les enfants des écoles publiques. Finalement, la présence du cirque sur le parking du 8 mai, n’a pas freiné la fréquentation. Par contre, pour se garer, les automobilistes ont dû se gratter la tête, et ce n’était pas qu’une histoire de puces.
Auteur : Y.D. | 23/08/2010 | 0 commentaire
Article précédent : « Le cercle celtique « Korollerien ar Mor » un peu à l’étroit dans son costume »
Article suivant : « Dans le rythme de la musique, avec le trait du pinceau… »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter