Le Croisic Infos

Une éolienne flottante de 60 m

Une conférence sur les expérimentations du SEM-REV au large du Croisic a permis de faire le point sur ce projet qui entre dans le cadre des énergies renouvelables.

Les projets se multiplient pour la ferme marine située à 25 km des côtes du Croisic.

Expérimentations en cours pour le projet SEM-REV

Petit rappel : il s’agit d’un projet expérimental qui a vu le jour en 2004 et l’idée d’installer un site au large du Croisic a germé en 2006 sous le nom de SEM-REV. C’est le laboratoire de mécanique des fluides de l’École de Nantes qui est à la tête du projet SEAREV (Système Électrique Autonome de Récupération de l’Énergie des Vagues). L’électricité produite est convoyée sous le fond de la mer par un câble.
Le site (au nord-ouest du banc de Guérande) permet de reproduire à l’échelle un, les tests réalisés au préalable dans le bassin de l’école Centrale de Nantes. On y duplique le mouvement des vagues dans une piscine pour étudier les réactions des machines.
Nous avons rencontré le conférencier, Christian Berthault, directeur du projet et de l’École centrale de Nantes pour lui demander comment le projet avançait. D’autres pistes de recherches devraient voir le jour.
 

Connexion au système

« Ce qui est important, c’est la mise en place effective du câble électrique et son ensouillage. Il reste maintenant à le brancher sur le réseau ERDF au début de l’automne et à faire de nouveaux tests. Tout fonctionne bien au niveau du transfert d’électricité et des fibres optiques. Il restera ensuite la connexion du système vers mi 2013 ».

Un mot sur les machines qui doivent être installées ?
« Le site devrait en accueillir une ou deux, sachant que nous voulons le tester avant d’y mettre quatre systèmes. C’est vraiment un site d’essai. On va aussi y tester de nouveaux modes de production d’énergie ».

En 2013, une éolienne flottante

«Initialement, le site était prévu pour tester la possibilité de récupérer l’énergie des vagues. En réalité, on a fait une demande d’extension de la concession pour accueillir des éoliennes flottantes qui devraient être mises en place dans un an ».
Il s’agit d’une réplique de la maquette testée dans le bassin de l’École centrale de Nantes ; relire : http://www.lecroisic-infos.fr/une-mini-eolienne-flottante-2-37-676.html
« Elle va faire 60 mètres de haut, trente mètres d’envergure et 10 mètres de tirant d’eau ; ce projet est cofinancé par l’État, elle sera construite à Brest ou à Lorient. Elle sera emmenée à Saint-Nazaire et remorquée sur site. Cela sera d’ailleurs une belle opération de l’installer ».
 

Récifs artificiels

D’autres projets fourmillent comme l’amélioration de la connaissance de l’environnement marin : « Nous avons plusieurs projets sur la biologie, la vie aquatique, sur les aspects physico-chimiques de la mer, par exemple, vis-à-vis des matériaux et de la corrosion ».
« Ce site est vraiment un lieu d’expérimentation au sens complet pour mieux comprendre l’environnement marin et pourquoi pas ─ on l’a déjà évoqué avec des pêcheurs ─ de tester des récifs artificiels pour voir ce que cela donne en terme de reproduction ».
Le site balisé et interdit à la navigation fait un kilomètre carré ; « Oui, on l’a pris aux usagers de la mer, on va essayer de l’utiliser au mieux dans l’intérêt de tout le monde ».
D’autres projets existent et sont en phase d’expérimentation, un exemple : l’éolienne flottante du groupe Nass&Wind qui sera testée au large des côtes bretonnes en conditions réelles l’an prochain avec une commercialisation annoncée en 2015…


Relire :
http://www.labaule-infos.net/le-champ-electrique-des-vagues-29-55-576.html
http://www.lecroisic-infos.fr/le-forage-de-sem-rev-a-commence-sur-le-site-du-croisic-2-37-613.html

Auteur : JRC | 09/08/2012 | 2 commentaires
Article précédent : « La cale de mise à l’eau a reçu un bon accueil cet été »
Article suivant : « Conseil municipal : la sem récolte »

Vos commentaires

#1 - Le 10 août 2012 à 09h34 par JC GUYARD
Bravo pour la réalisation du houlometre, qui représente une autre forme d'énergie renouvelable due au vent.
Si l'essai d'une éolienne flottante est intéressant, pour éviter la destruction des fonds marins par les fondations des éoliennes marines classiques.
Cette nouvelle éolienne est arrivée subrepticement, sur un site prévu pour ne pas causer de pollution visuelle.
Bravo pour la discrétion!
Enfin ces expérimentations donnent du travail à la région dont Cap Atlantique.
#2 - Le 19 septembre 2012 à 15h34 par LHORTY Claude, La Baule
Bravo pour la poursuite des recherches et expérimentations de SEM-REV au large du CROISIC.
Je retiens au passage que L'Ecole Centrale de Nantes se lance également sur la problématique des éoliennes "flottantes" après "Winflo" de NASS&WIND / DCNS à LORIENT. Je signale au passage qu'une autre initiative en ce domaine que la société française IDEOL, basée à LA CIOTAT vient de lancer l'industrialisation de son propre projet de "fondation flottante pour l'éolien en mer" caractérisé par "un fort contenu local", et "un coût deux fois inférieur aux autres solutions flottantes" (source: Enerzine.com du 19/9/12)
Cette compétition ouverte offre de nouvelles perspectives, non destructrices de l'environnement et de la biodiversité sous-marine, et démontre que ce serait une faute de vouloir se hâter à la demande de quelques lobbys (idéologiques ou financiers) alors que les solutions de demain sont en cours d'émergence...!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter