Le Croisic Infos

Water world*

Toujours aussi magique, le monde du silence possède cette espèce d’aura attractive propre aux peuples de l’eau. Zoo maritime salé, l’océarium du Croisic ne déroge pas à cette règle, ambiance garantie. Il fête ses 20 ans en 2012.

Congres et mérous volants

Si l’océarium semble faire partie aujourd’hui du paysage croisicais et des visites incontournables des touristes, son histoire est relativement récente. Il a ouvert des portes en 1992 dans une structure en forme d’étoile de mer, il présente, en particulier des espèces, souvent communes de l’Atlantique dans des aquariums géants, et est parfois alimenté par des pêcheurs locaux.
L’idée est un peu à contre-courant des autres structures de ce type qui privilégient les espèces tropicales. Ici, c’est la faune et la flore locales qui dominent. Pari peut-être osé de montrer des poissons qui finissent généralement dans nos assiettes, mais finalement réussi. À bien y regarder, un maquereau est aussi agréable à l’œil qu’un vieux poisson clown qui bat de la nageoire.

Cette relation symbiotique avec la mer qui alimente les bassins  est déclinée dans plusieurs espaces. Cela commence par la nurserie avec les bébés homards, raies, palourdes, pétoncles, civelles ou hippocampes. Attardons-nous sur le cheval de mer, exemple vivant du partage des tâches puisque c’est le mâle qui accouche de sa progéniture (150 bébés à la fois !).
L’ambiance zen du lieu est renforcée par l’attachement des créateurs du site à reproduire dans les bassins les biotopes des espèces. Ainsi, naviguent entre les étoiles de mer, les éponges et les gorgones toutes sortes d'espèces allant du saint-pierre au bar en passant par les tacauds, les plies et les soles. L’œil a tendance à s’affoler pour s'arrêter selon les couleurs ou les ambiances sur le grondin, la rascasse ou la lotte (appelée aussi baudroie) au faciès « très amical »…
L’on passera sur les chiffres pour ne voir que l’essentiel comme ce tunnel magique, un passage transparent où volent congres, mérous et autres vieilles alimentés chaque jour par un plongeur (vers 16h).

Le manchot comme mascotte

L’une des attractions majeures du site est le bassin des manchots . Toujours aussi tordant à l’extérieur, il devient comme un oiseau dans l’élément liquide. La troupe croisicaise comporte une vingtaine de membres, des naissances se sont déjà produites ici. Cette colonie britannique provient du zoo de Londres et est issue d’un programme européen de reproduction (EEP).
Le voyage va se poursuivre, dans la diversité, ainsi, une trentaine d’espèces cohabitent dans un espace baptisé l’île de Vancouver. La thématique retenue est l’océan pacifique Nord, cette récente salle d’exposition fait la part belle aux animaux des eaux froides, elle est rehaussée par un univers recréant la culture maritime amérindienne.
Le pavillon australien reste le plus spectaculaire, cet aquarium géant dévoile derrière une glace panoramique (fabriqué au Japon) le spectacle magique du ballet des requins. Quatre espèces sont représentées (Taureau, pointes noires, gris et nurses). Deux sont baptisées (Valentine, un requin taureau de deux mètres et Mercedes, un requin nurse qui avoisine les 120 kg).
On ne vous dira pas tout, bien évidemment, le coup de cœur ira sans doute au lagon, un lieu dédié aux coraux vivants et à sa faune propre.

Des mérous italiens

La découverte de l’océarium n’est pas que passive, il propose des visites guidées, notamment tournées vers le milieu scolaire, à thèmes ou ludiques, elle intègre des notions de reproduction, d’alimentation, de défense et de protection de l’océan. Il existe également une visite originale « Les jeunes aventuriers » qui conjugue visite et recherche dans un parcours ludique au sein du site.
L’océarium du Croisic entretient des relations avec ses confrères européens et est membre de l’EUAC** ; à ce titre, des protocoles d’échanges sont en place depuis plusieurs années, ainsi, au Croisic, les mérous sont italiens, les lumpes viennent de Rotterdam, les loups du Danemark et les bécasses et sangliers de mer du musée océanographique de Monaco.
Il faut savoir que l’océarium est le correspondant départemental du CRMM*** de La Rochelle, à ce titre, il est habilité à secourir les animaux échoués sur les plages comme les phoques ou les tortues.
Et puis, l’océarium reçoit toujours des trésors offerts par les pêcheurs du Croisic comme ce crabe bleu, le pauvre, lui aussi manchot qui se repose dans un bassin non visible du public.

Du Croisic à Bahia

Nadine Auffret est l’actuelle directrice de l’Océarium, nous l’avons rencontré pour évoquer les 20 ans du site qui vient de rouvrir après une courte pause.
Il semble que l’intérêt des visiteurs ne faiblit pas « En 2011, on enregistre une augmentation de 5 % (Un peu moins de 250 000 visiteurs),  évidemment, nous sommes très dépendants des conditions météo ». L’océarium a connu une baisse de moins 50% en avril dernier, mais, s’est bien rattrapé par la suite.
Dans l’attente de nouvelles espèces qui resteront secrètes pour l’instant, elle annonce vouloir : « Remercier nos visiteurs qui nous sont fidèles, avec des cartes à gratter et de nombreux lots à gagner et l’on pourra rentrer gratuitement le jour de sa date anniversaire ».
Enfin l’océarium a sponsorisé un jeune guérandais Cyril Hoebler dans la mini-transat La Rochelle Bahia. Il a terminé 6e pour sa première traversée, le bateau sera exposé dès le printemps sur le parking de l’océarium.


* Water Word Le monde de l'eau
**Union Européenne des conservateurs d’aquarium
*** CRMM Centre de recherche sur les mammifères marins

Pratique :
Océarium du Croisic, Avenue de Saint-Goustan,  Le Croisic
Ouvert tous les jours (jusqu’au 7 avril de 10h à 13h et de 14h à 19h)
Tél: 02.40.23.02.44

http://www.ocearium-croisic.fr/

 

Auteur : JRC | 31/01/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Pile à l’heure »
Article suivant : « Petite Cité de Caractère : de l’appellation au label national »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter